jeudi 12 avril 2018

Erreur 404 : la genèse

Hiiii !

Ca y est, c'est aujourd'hui qu'Erreur 404 sort en librairie !!!





Du coup, c'est l'heure du traditionnel article sur la genèse du roman. Qui va pas être simple à écrire sans spoilers, pour le coup, mais je vais faire de mon mieux !

Erreur 404 est probablement mon roman le plus complexe narrativement parlant jusqu'ici... et, paradoxalement, c'est celui que j'ai eu le plus de facilités à écrire. Aucun blocage, aucun "ventre mou", tout juste un peu de réécriture à la correction, mais sans avoir cette impression de lutter qui m'assaille bien souvent. Au contraire : Erreur 404, c'est le roman de l'éclate.
Du jeu.

Après avoir exploré l'aspect "vidéo" du jeu vidéo dans I.R.L., j'avais envie de me pencher plus sur l'aspect "jeu". En fait, c'est une conférence aux Imaginales 2016 avec Christopher Priest qui a fait "tilt" pour la première fois (vous pouvez la réécouter ici) : Christopher Priest, écoutant ce que je disait à propos d'IRL, se faisait la réflexion que le thème des robots était en train de devenir ludique, ce qui correspond selon lui au dernier stade de la réflexion des auteurs par rapport à un thème donné.
C'est là que je me suis dit : ludique, oui, mais pas encore assez. Dans "jeu vidéo", il y a "jeu", et j'ai envie que mes lecteurs s'éclatent !



S'en sont suivies deux révélations successives, que je ne peux pas détailler sous peine de vous spoiler la 2e partie du roman, mais qui ont eu lieu en jouant à Uncharted 4 et bien sûr à Life is Strange, grosse grosse influence du roman. C'est là que j'ai commencé à avoir envie de mêler jeu et roman, intimement, jusque dans la structure même du récit.





Et puis il y a eu la période Pokemon Go. Avec cette nouveauté : les joueurs qui se rencontrent dans les rues, qui sortent de chez eux exprès pour aller jouer. Evidemment, ils restent toujours scotchés à un écran, mais quand même : c'est pas génial de tomber sur une adorable bestiole au détour d'une forêt, d'échanger avec des voisins qui la cherchent, de finir le trajet ensemble... ?
C'était ça, pour moi, le phénomène Pokemon Go, et Erreur 404, c'est aussi un moyen de montrer que le jeu peut être fédérateur, pourvu qu'on lui en laisse la chance. Et de réaliser un de mes rêves : mettre une adorable bestiole dans un roman. 😬
Parce qu'évidemment, dans le futur, plus besoin de téléphone pour jouer, tout se passe dans la rue, sous nos yeux, et bien plus encore !





A cela s'est ajoutée une question plus sérieuse, plus sensible, à laquelle je me suis retrouvée confrontée plusieurs fois dans l'année, et qui m'a poussée à entrer dans une nouvelle association et à rencontrer d'autres personnes luttant contre ce phénomène. Je ne détaille pas sous peine de vous spoiler, mais vous lirez les remerciements si vous êtes curieux ;)

J'avais mes idées fun, mon cheval de bataille, une excellente occasion de faire plein de jeux de mots pourris, de références geek et autres développements : Erreur 404 était né !
Ce n'est que lorsque j'en ai parlé à Paola, des éditions Gulf Stream, et qu'on a décidé qu'il paraîtrait dans la même collection qu'IRL, que j'ai décidé d'ajouter des liens avec ce roman. Après tout, j'y explore les mêmes thèmes, mais sous des angles très différents ; et puis j'avais envie de vous faire plaisir... Voilà comment je me suis retrouvée à placer ce roman 10 ans après IRL, et à en faire le prolongement logique de ce monde en plein changement.
(Et puis ça me donnait des arguments pour avoir une couverture violette, parce que ça va siiii bien avec le rose d'IRL !)



Et voilà pour la genèse d'Erreur 404, le roman du fun, de la prise de risques, et surtout du geek !

Des questions ? :)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire