lundi 6 mars 2017

Quand "Quelques pas de plus" est né

Voilà, ça fait deux ans.
Deux ans aujourd’hui que Quelques pas de plus a commencé à germer.

La plupart de mes romans trouvent leur source dans une discussion. Lui, il est né dans un geste.
Un pivot sur le pied droit, une retombée sur le pied gauche qui, dans l’enthousiasme, est prise un peu trop sur le côté.
La cheville qui flanche.
Mon corps qui heurte le sol.
La douleur, très vive, soudaine.
La vague conscience que, autour de moi, la vie continue sans m’attendre.




Elle aura continué deux ans. 
Deux ans de souffrance, d’apprentissages, d’avancées, de rechutes, de petits bonheurs précieusement gardés pour surmonter le reste. Deux ans d’algodystrophie, pour ceux qui veulent connaître ce vilain mot, même si au fond ce n’est pas lui qui importe - seulement la douleur.
Deux ans pendant lesquels, de ma cheville, Quelques pas de plus est progressivement remonté à mes pensées entre deux crises, pour former l’embryon d’un roman.
Je l’avais promis : ma prochaine héroïne paierait pour chaque pas à béquille, pour chaque regard plein de pitié, pour chaque journée passée enfermée. Je ne savais pas encore comment, mais elle paierait !


Spoiler : finalement je lui ai épargné l'IRM. Elle a eu pire. ^^




Le moyen, c’est au bout du monde que je l’ai trouvé. Quelque part entre San Francisco et Monument Valley ; dans les roches rouges, roses, orangées, violettes, bleues même, que mes béquilles ont foulées les unes après les autres. Un voyage qui a été le coup de pied donné au fond de l’eau pour crever la surface.



On admire le look "Warrior du désert" ^^



C’est seulement quand j’ai commencé à aller mieux que le roman s’est frayé un chemin jusqu’à mon coeur. Il s’y est lové, discrètement d’abord, puis avec une force que je ne soupçonnais pas. Pendant les mois de son écriture, je me suis battue pour guérir - et, dans le même temps, je me battais pour partager ce que j’ai appris.
Car j’ai appris. À écouter mon corps, à le respecter même quand ça demande des sacrifices. Mais aussi, et surtout, à écouter les autres. Car, si j’ai souffert, ce n’est rien ; rien du tout par rapport à ce que j’ai pu voir pendant deux ans. J’ai découvert un monde dont j’ignorais totalement l’existence : celui des douleurs chroniques qui vous rongent sans se montrer, vous épuisent, vous laissent plus seuls que jamais avec vos problèmes. Celui des maladies et handicaps invisibles, que personne ne soupçonne, que moins encore comprennent.

C’est là que j’ai su que je devais écrire Quelques pas de plus. Un peu pour moi, oui, mais surtout pour tous les autres. Ceux qui n’ont pas la force, ou pas les mots pour en parler, comme c’était mon cas les premiers mois.
Si ces deux années m’ont apporté quelque chose de positif, c’est bien ce roman. J’espère qu’il permettra à d’autres d’être un peu mieux compris ou de comprendre un peu mieux.
Aujourd’hui, après avoir porté ma douleur si longtemps, après m’être battue contre elle, après avoir repris la danse malgré la peur de retomber, je suis prête à vous la livrer. Je vous offre mes quelques pas de plus, je les laisse s’envoler vers de nouveaux horizons, non pour les oublier mais pour les transformer.

De ces deux ans, je choisis de conserver ce qui m’a le plus frappée : le force de tous les héros invisibles.
J’espère que vous aussi, vous la trouverez au bout du chemin.




mercredi 1 mars 2017

Il court il court, l'écrivain...

Je donne quelques nouvelles sur les réseaux en ce moment, mais je délaisse honteusement ce blog !
Je me rattrape donc et fais un petit "résumé des événements précédents" pour janvier et février, qui ont été riches en nouvelles scripturales.


D'abord, j'ai eu plusieurs passes de corrections sur Quelques pas de plus, dont la dernière ce weekend... Ca y est, j'ai rendu mon BAT (Bon à Tirer), ce qui veut dire qu'il est parti en impression !
J - 2 mois et des brouettes... J'ai hâte !
En attendant, rendez-vous la semaine prochaine, le 6 mars, pour dévoiler la couverture. Une date très spéciale pour moi, qui fera l'objet d'un article ici-même.


Ensuite, j'ai écrit !
Beaucoup, même. J'en suis presque aux trois quarts du premier d'Erreur 404, mon prochain roman à paraître chez Gulf Stream en 2018. Je m'éclate comme une petite folle, je suis plus sadique que jamais, et je profite de cette euphorie du premier jet (d'ailleurs, étonnamment, je n'ai pas encore suivi mes phases habituelles, j'en suis restée à la toute première phase).
J'aurai beaucoup de travail après, comme d'habitude, mais ça fait du bien de retrouver un premier jet.


Enfin, j'ai repris le teasing.
Hé oui. 
Avouez que ça vous manquait !
Voici ce que les abonnés de la newsletter Scrineo ont reçu dans leur boîte mail... 
(clique pour agrandir !)




A très vite !

PS : Je récapitulerai très bientôt les salons où je serai présente ce printemps. :)