mardi 27 décembre 2016

Cadeau de fin d'année : un extrait de "Quelques pas de plus" !

Bonjour à tous !
J'espère que vous passez une bonne fin d'année :)
Pour ma part, je vous avais promis un petit cadeau, et figurez-vous que je n'ai pas oublié !
Je vous livre donc un extrait de "Quelques pas de plus", ex- "A la petite cuillère", mon prochain roman à paraître (en avril, chez Scrineo). Je vous avais déjà offert un extrait qui montre l'aspect "handicap invisible" du roman, et un autre ici. Cette fois-ci, on change d'ambiance et on s'envole pour les USA, et plus précisément le Far West, en pleine course-poursuite en voiture. Parce que Sora a beau être boiteuse, ce n'est pas la dernière à se retrouver dans les ennuis jusqu'au cou !

_________________

Jour 1
Barstow - Calico

Quand le pick-up s’engage derrière nous sur la route déserte, Kay me lance ce regard injecté de sang qui m’est devenu familier. Ce regard qui l’emporte loin de moi, là où son emprise est la plus forte. Je vois sa lutte intérieure marquer ses traits, creuser les rides de son front, déformer les plis de sa bouche en une grimace bestiale. Et je retiens mon souffle, impuissante.
Pendant la fraction de seconde que dure son hésitation, je suis persuadée qu’il va gagner et qu’on a fait tout ça pour rien. Puis le pick-up derrière nous klaxonne ; Kay revient à la réalité dans un sursaut.
— Putain de bordel de merde ! hurle-t-elle en accélérant à fond.
Je respire un peu mieux. Ça, c’est ma sœur tout craché. Quand elle panique, elle balance dix jurons à la seconde. Nouveau coup d’œil dans le rétroviseur, le pick-up est désormais à pleine vitesse. Aucun doute possible : on est suivies. Quant à savoir ce qui va se passer s’il nous rattrape… L’image rémanente d’un visage penché sur moi, grimaçant de haine, me donne la nausée.
— Je suis nulle à cloche-pied, lâché-je dans le silence tendu de l’habitacle.
Tout à coup, cette pensée m’obsède. Je ne peux pas courir et je suis nulle à cloche-pied. Les vidéos d’auto-défense à béquilles que j’ai regardées avant de partir m’ont montré comment frapper un méchant – en piquet dans le ventre ou à revers au niveau de la tête –, mais j’ai les mains moites et les bras en coton. Je n’arriverai jamais à donner assez de force à mes coups. Ni à me porter assez vite pour m’enfuir.
—  Kay, je ne peux pas courir.
—  Je sais.
Ses dents sont serrées à se rompre. Le pick-up se rapproche un peu, et elle appuie d’un coup sur l’accélérateur. En dépit de tous ses efforts, elle n’a aucune chance de le semer sur ces routes super larges et super désertes. Mon portable manque de m’échapper des mains alors qu’elle tourne violemment vers la gauche, s’engouffre sur une route qui a l’air de quitter la ville ultra-flippante de Barstow, mais se retrouve dans un coin encore plus isolé. Génial.
Je regarde derrière nous : la voiture nous suit toujours. Kay fait une brusque embardée en s’apercevant un peu tard que la route tourne. Au loin, apparaît une grosse colline couleur de terre où on peut lire « Calico » en lettres blanches.
— Je vais le semer, grogne-t-elle entre ses dents. Il ne nous arrêtera pas, cette fois.
Je relève les yeux sur ma sœur juste à temps pour voir les siens s’écarquiller. Sa peau habituellement brun clair a pris une teinte gris cendré de mauvais augure.
— Chiasse ! C’est un cul-de-sac !
Un peu plus loin devant nous, la route semble barrée par un panneau en bois. Même à cette distance je distingue la tête de mort rouge peinte dessus. Je jette fébrilement un œil au résultat de ma recherche sur Internet, puis tends un doigt vers la barrière.
— Ne t’arrête pas.
— Sora, il y a une tête de mort dessus.
— Fais-moi confiance, Kay. Contourne la barrière avant qu’ils nous voient faire.
Je vois sur son visage qu’elle hésite, mais elle n’a plus le temps de réfléchir : la barrière est juste devant nous et on entend le grondement du moteur loin derrière. Elle fait une embardée pour contourner l’obstacle, hurle quand la voiture rebondit sur des mottes de terre sèche, et dérape sur le chemin désert qui s’ouvre devant nous. Il tourne d’un coup, nous cachant de nouveau à la vue du pick-up avant de déboucher sur… un parking. Un parking avec plein d’autres voitures.
— Que fout un parking dans un endroit aussi paumé ? lâche ma sœur, incrédule.
— Gare-toi au milieu des autres voitures. On va se mêler à la foule.
— La foule ?
— Gare-toi, Kay. Fais confiance à tonton Google.

Elle grommelle, mais s’exécute, trop soulagée pour protester plus longtemps. Mon cœur bat à toute allure tandis que je prends conscience que tout repose sur moi. Et sur tonton Google. Ça fait quand même beaucoup de pression pour une seule jambe et une coque en plastique.


_________________

Alors ? Votre avis ? ;)

6 commentaires:

  1. Mon avis c'est que cette course poursuite est haletante.....°_° J'aime ce rythme enlevé... l'angoisse qui se dégage de cet habitacle de voiture et Kay (ooooohhhhh, je suis intriguée par cette Kay). Et j'ai hâte de découvrir toute l'histoire, maintenant !!!!! Merci pour ce joli cadeau, Agnès ! <3

    RépondreSupprimer
  2. Euh Dieu Chronos, pouvez-vous vous magner les fesses à faire venir la date prevue rapidement, s'il vous plaît?
    Je veux ce livre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magie magie : vu que je n'ai pas été notifiée de ce commentaire, Chronos a déjà fait passer un mois ! ^^

      Supprimer
  3. J'ai vraiment hâte! C'est quand la sortie exactement?

    RépondreSupprimer