mardi 10 mai 2016

Les 10 conseils d'écriture que je ne suis jamais

On voit fleurir un peu partout sur la toile des conseils d’écriture. Et c’est bien !
Ils sont très bons et constituent une méthode possible pour vous aider à trouver la vôtre.

Seulement, si, comme je l’ai fait longtemps, vous vous culpabilisez parce qu’il y en a un certain nombre que vous n’arrivez pas à suivre, voici une petite liste perso qui devrait vous aider à vous rappeler d'une chose : les conseils sont une boîte à outils, pas une règle absolue. 
Attention : je ne dis pas que ce sont des mauvais conseils, simplement qu'ils peuvent vous servir, ou ne pas vous correspondre. A vous de faire votre choix !

Voici donc les 10 conseils d'écriture que je ne suis jamais !


1 - Faire un plan

C'est LE conseil que je ne suis jamais - d'ailleurs, c'est simple, les rares fois où j'ai essayé, j'ai lamentablement échoué et l'histoire finale ne ressemblait pas du tout à ce que j'avais écrit au départ.
Je ne vais pas m'étendre sur la question, vu que j'en ai déjà parlé ici (et sans doute ailleurs). 
Bref : faire un plan, c'est génial si ça vous convient, mais pour ma part ça me bloque complètement.

Mes plans ressembleraient plutôt à ça.


2 - Faire des fiches de personnage

J'en ai fait pour La Couleur de l'aube, parce que mes personnages avaient une fâcheuse tendance à changer de vêtements et de couleur de cheveux deux ou trois fois au court du roman ^^'
Cela dit, je ne les ai jamais consultées, et je n'ai pas réitéré l'expérience. Je corrige les variations à la relecture, quand il y en a, mais j'en fais de moins en moins. De toute façon, j'ai pas envie de me couper dans mon écriture pour aller vérifier !




3 - Ecrire un peu tous les jours

Encore un excellent conseil que je n'ai jamais appliqué. Ca ne me correspond pas du tout : j'ai besoin d'avoir de longues périodes pour écrire, pour m'immerger vraiment dans le roman (je suis un diesel, je mets longtemps à démarrer mais une fois que c'est parti, je ne m'arrête plus !). 
Du coup, si je n'ai pas au moins deux heures devant moi, je n'écris pas. Et comme mon rythme de vie ne me permet pas d'avoir deux heures devant moi tous les jours, fatalement, il m'arrive très souvent de ne pas écrire, parfois même pendant plusieurs semaines. En revanche, je me rattrape après en écrivant beaucoup beaucoup pendant plusieurs jours (comme en ce moment). 
J'en ai déjà parlé un peu par là-bas !


Moi, quand j'écris.


4 - Ecrire à heures fixes

Ou pas. L'écriture, c'est mon plaisir, ma passion, pas (seulement) mon travail. Je veux continuer à me faire plaisir en écrivant et, pour ça, j'ai besoin de suivre mes envies. Or, parfois, j'ai super envie d'écrire le matin avant de bosser, d'autres fois c'est le soir après dîner.
Hier encore, j'ai cherché vainement l'envie d'écrire toute la journée (que j'avais réservée rien que pour ça), et l'inspiration est arrivée à 22h... J'ai donc écrit de 22h à minuit. Ce matin, je vais m'y mettre juste après cet article, et je le sens bien.
Je me garde donc la liberté de ne pas écrire à heures fixes, et je ne pense pas que ça nuise à ma productivité (plutôt l'inverse, pour ma part, en fait). Ca dépend vraiment de votre façon de vivre :)





5 - Ecrire dans le calme, à un bureau

Même chose ! La plupart du temps, oui, j'écris dans le calme, mais je mets parfois de la musique (plutôt sans paroles, en revanche, ou alors dans une langue que je ne comprends pas), je suis parfois à côté de la télé, je regarde le Prince qui joue à la console, je vais dans un café, j'écris sur mon téléphone dans les transports... 
Si je suis lancée et en pleine inspiration, je peux écrire dans n'importe quelles conditions, et j'aime varier. J'ai notamment un très chouette souvenir d'une scène de De l'autre côté du mur écrite dans le RER... Vous savez, celle où Sibel découvre un garçon sans savoir ce que c'est ? J'ai levé le nez de ma tablette, et j'ai regardé les hommes autour de moi en me demandant comment je les verrais si je n'avais vu que des femmes pendant toute ma vie. Je me suis bien marrée ^^
Oh, et, en lieu et place de bureau, j'ai un super fauteuil avec repose-pied, un plaid et une panthère de poche qui vient squatter mes genoux ;)


Il est beau mon bureau, hein ?


6 - S'habiller comme pour travailler

Un coup d'oeil à ma tenue du jour suffit à faire mentir ce conseil : jogging et sweat confortable. Quoi, je ne vois personne, je fais un truc qui ne concerne que moi, j'ai envie d'être dans mon petit cocon de confort, ce n'est pas ça qui va m'empêcher d'écrire !
(Je comprends le conseil, cela dit, pour ceux qui ont du mal à se concentrer chez eux, ça permet de se mettre en condition pour travailler efficacement.)



7 - Couper Internet

Surtout pas ! J'ai besoin de lien avec les gens quand j'écris et, puisque j'ai rarement l'occasion d'écrire avec d'autres personnes, suivre les nouvelles via les réseaux et les mails m'apporte un substitut. Chez moi, l'écriture n'est pas un acte solitaire : j'envoie des extraits à ma chère Cindy pour partager ma joie ou mes difficultés, je râle sur les réseaux, je fais un peu de teasing. Ca entretient mon envie d'écrire ce roman et contribue à me mettre dans de bonnes dispositions (ça m'évite aussi de trop gamberger sur mes difficultés !).
Les réseaux sociaux (ou les mails) me permettent aussi de faire des micro-pauses très régulières, et m'empêchent de bloquer trop longtemps sur une phrase qui ne vient pas (je regarde autre chose, le cerveau cherche en arrière-plan, l'air de rien, et quand je reviens sur la page avec un peu plus de recul la solution se met en place toute seule).
Il m'arrive quand même de couper le net de temps en temps, quand je me laisse embarquer dans le vice de la procrastination et que je veux me donner un coup de fouet, mais ça reste l'exception.





8 - Imprimer et relire sur papier

Alors, oui, on a un meilleur oeil quand on relit sur un autre support, et plus de recul, et ça fatigue moins. Ce conseil est excellent. Mais je n'ai ni les moyens d'imprimer chaque roman pour les relire en papier (déjà que pour envoyer aux maisons d'édition, je choisis seulement celles qui acceptent en numérique !), ni l'envie de prendre des notes à l'arrache dans une marge et de devoir tout retaper après sur mon fichier (je déteste refaire un truc que j'ai déjà fait, je m'ennuie à mourir). Or, dans l'écriture, j'ai une règle d'or : ne jamais m'ennuyer.
Donc, même si c'est vraiment un bon conseil pour se relire, je ne l'applique pas non plus. ^^





9 - Avoir toujours plusieurs idées d'avance

Beaucoup d'auteurs débordent d'idées de romans et plongent dans des carnets pleins d'ébauches dès qu'un éditeur leur demande s'ils ont quelque chose pour eux (ce qui nous prend en général au dépourvu, et c'est toujours bien d'avoir quelque chose à répondre !). 
Ce n'est pas mon cas. J'ai peu d'idées mais, toutes celles que j'ai, je les développe à fond. Là, par exemple, il y a encore quelques semaines je ne savais pas ce que j'allais écrire après A la petite cuillère. Maintenant, je sais quel sera le prochain (et encore, c'est rare que j'aie une idée si tôt dans la rédaction de mon premier jet, les circonstances sont particulières), mais je n'ai aucune idée de ce que j'écrirai ensuite.
Quand je suis dans un premier jet, je ne pense qu'à lui !

Bon... Je fais quoi, maintenant ?


10 - Prendre des notes

L'inspiration arrive souvent quand on s'y attend le moins : sous la douche, en cas d'insomnie, pendant qu'on prépare le repas... Beaucoup conseillent d'avoir toujours un petit carnet de notes à portée de main pour tout noter et ne rien perdre.
Je ne le fais pas, d'abord parce que j'ai souvent la flemme (je vous ai déjà dit que j'étais flemmarde ?), ensuite parce que je laisse mon cerveau faire une sélection naturelle dans mes idées et oublier les mauvaises. Les rares fois où je note, c'est quand j'ai ZE formulation pour une phrase, comme ça, dans un moment impromptu, et que je ne veux pas risquer de la perdre. (Un jour, je vous parlerai de mes phrases fétiches :) )





Voilà pour les 10 conseils que je ne suis jamais ! J'espère que ça vous a un peu décomplexé ou, du moins, amusé, de voir à quel point je suis bordélique dans ma méthode de travail, et j'attends vos commentaires sur vos propres méthodes !

43 commentaires:

  1. Totalement d'accord.

    j'ai l'impression que la plupart des conseils ont été donnés par UNE personne et qu'ils ont été repris à droite et à gauche, sans adaptation.

    Donc non aux fiches, non au calme, non aux notes et oui à Internet. Il n'y a pas un moyen d'écrire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je pense aussi qu'ils correspondent à pas mal de monde, mais la plupart sont assez culpabilisants : ils représentent une méthode de travailler "propre et saine" et, si on ne la suit pas, on se sent flemmard ou pas sérieux. Or, on peut tout à fait s'épanouir dans un environnement "imparfait" (en termes de critères de travail).

      Le tout, c'est de l'assumer, pour éviter de se forcer à faire un truc qui nous bloque plus qu'autre chose ! :)

      Supprimer
  2. Je ne prends pas de notes non plus pour la simple et bonne raison que j'ai une sorte de tableau implanté dans le crâne et je trie selon les idées. Si un projet se concrétise (genre s'il me trotte dans la tête pendant un long moment), là, je commence à structurer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un peu pareil chez moi (cf. l'article que je cite dans le 1.) :)

      Supprimer
  3. J'ai bien ri avec ton article haha :D Chacun s'organise comme il veut, tant que ça fonctionne c'est le plus important :)

    RépondreSupprimer
  4. Cet article fait franchement du bien ! Merci Agnès ! :)

    Je préparais justement un article dans ce genre-là pour mon propre blog, pour parler de la culpabilisation lancinante que me font éprouver tous les conseils « pros » que je vois passer pour être un « bon écrivain » ...

    C'est en tout cas dans le point 3 que je me reconnais le plus !

    À bientôt,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, chic alors, j'irai voir ton article quand il sera prêt !
      Comme je le disais ailleurs, l'essentiel c'est quand même de trouver NOTRE méthode. C'est celle-là qui fait de nous un bon écrivain, et tant pis si elle n'est pas conventionnelle ;)

      Supprimer
  5. Carole Cerruti10 mai 2016 à 12:10

    Très intéressant ! Je suis ravie d'apprendre que rester connectée est "autorisé", j'ai tendance à entrecouper toutes mes séances d'écriture en ce moment avec les réseaux... sans doute pour me sentir moins seule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est autorisé du moment que ça te convient ;)
      Il n'y a pas une façon d'écrire, il y en a autant que de personnes qui écrivent. Si tu as besoin de ça, alors pourquoi s'en priver sous prétexte que ça empêche d'autres personnes de travailler ?

      Supprimer
  6. Comment dire... tout pareil ! Sauf que j'ai un beau bureau et pas de chat, mais pour le reste, on pourrait être jumelles cosmiques Lol ! Ca fait du bien, je me sens moins seule du coup. Je finissais par me demander si j'étais la seule incorrigible auteure bordélique en France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, jumelles cosmiques, j'adore l'idée !
      Et, non, je pense qu'on est plein à être bordéliques. Mais on expose moins facilement les photos d'un fauteuil environné de plein de paquets de chips et de biscuits éventrés que celles d'un beau bureau tout beau ^^

      Supprimer
  7. Trop de conseils et autres truc et astuces, tue la créativité car elle met l'auteur en état de paradoxe contrainte par un système de fonctionnement materialiste d'un côté et un processus de structuration intellectuelle de l'autre.
    Ce n'est pas pour autant que je vais arrêter de proposer des chemins à suivre afin de trouver l'illumination de leur concept et de le mener à bien. (Lorsque je me relis, j'ai l'impression d'entendre le discours de Skipy le Grand Gourou :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais, j'ai jamais dit qu'il ne fallait pas proposer des pistes (j'ai même dit exactement le contraire :)
      Ce sont des outils, c'est tout, et ça ne sert à rien de culpabiliser si on n'arrive pas à s'en servir ;)

      Supprimer
  8. J'adore ton billet, parce que je me reconnais totalement ! Le coup du carnet, j'en ai toujours un sur moi, mais j'ai toujours la flemme de noter dedans. Si ça reste, c'est que c'était une bonne idée, si je l'oublie, c'est que ça méritait pas une histoire :') ! En général, une bonne idée me tourne en tête jusqu'à ce que je la mette sur papier :D !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait !
      Bon, des fois je finis par l'écrire juste parce que j'en ai marre qu'elle me tourne dans la tête, mais ce sont les exceptions qui confirment la règle ;)

      Supprimer
  9. Juste génial ! Je suis exactement pareil ! :D

    RépondreSupprimer
  10. Excellents non-conseils :)
    Bon, le numéro 10, je le fais un peu. Mais je suis brouillon : carnet, feuilles volantes, voire même sur le mémo de mon mobile !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais parfois sur le mémo de mon mobile, aussi ! :)
      De toute façon, soyons honnêtes : ce sont de très bons conseils. Ce que je tiens à rappeler, c'est qu'il n'est pas obligatoire de s'y tenir pour faire un truc qui se tient. Il faut trouver la méthode qui nous convient, et il n'y a aucune raison de culpabiliser si elle est trop comme si ou pas assez comme ça.

      Supprimer
  11. Plutôt d'accord ! D'ailleurs, j'applique le 3 sans le faire exprès, et c'est pas une bonne idée du tout chez moi : j'ai un mal fou à écrire aux autres horaires maintenant que je me suis habituée...
    Y a vraiment des gens assez motivée pour suivre le 6 ?
    En tout cas, article sympa ! C'est mon premier commentaire, je ne suis pas trop du genre bavarde - j'ai toujours du mal, j'ai l'impression de m'incruster - mais en tout cas, j'aime bien ce que tu fais, t'ai déjà lu, donc merci, et bon courage pour la suite ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue par ici, je suis ravie de te lire !
      Tu ne t'incrustes pas, puisque je vous ai invités ;) Merci beaucoup pour ton petit mot qui me fait bien plaisir ❤

      Oui, j'en connais qui appliquent la 6 :)
      Pour le reste, on fait, on fait pas : ça dépend vraiment du caractère, du rythme de vie, de la méthode. Ca peut même changer selon les jours et les romans !

      Supprimer
  12. Complètement d'accord pour dire que chacun doit trouver SA méthode (et encore, elle peut varier d'un roman à l'autre).
    Moi, en général, j'applique les n°1/3/4/5/8 et 9. C'est beaucoup, quand même, dans ta liste ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, si ces conseils existent, c'est qu'ils fonctionnent pour certaines personnes. ^^
      Bon, le plan, je triche un peu, j'ai quand même les grandes lignes et il m'arrive même de planifier les chapitres au cours de l'écriture (quand j'arrive vers le milieu). Mais faire un vrai plan à l'avance, y'a pas moyen !

      Supprimer
  13. Oh c'est rigolo : je ne suis presque aucun de ses conseils non plus !
    Sauf le 8 (parce que comme ça je peux relire même quand je suis loin d'un ordi, genre dans le train ou autre, et parce que je peux imprimer au boulot) et le 9 (parce que je suis incapable de me concentrer sur un seul projet et que je m'éparpille ultra rapidement). Oh un papillon !

    Après, je trouve que selon les projets, la méthode peut varier aussi. Parce que pour tel sujet que tu veux traiter, il va y avoir des recherches, parce que pour tel autre, arrive un moment où on en ressent la nécessité (de faire une fiche, d'avoir un "plan", etc).
    Je pense que la méthode dépend de tellement de choses qu'un conseil applicable aujourd'hui ne le sera peut-être plus dans un mois, un jour ou un projet plus tard.

    En tout cas, excellent article ! Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord sur le fait que les méthodes varient selon les projets !
      (Un papillon ? Où ça ?)

      Supprimer
  14. C'est très chouette ce genre d'article décomplexant !
    (j'ai particulièrement rigolé avec Internet... couper Internet, pour moi, c'est juste inimaginable quand j'écris, et tant pis si ça diminue ma "productivité")

    J'avoue que j'ai pondu un jour un article avec des conseils, mais en aucun cas ce ne sont des règles (encore moins de dogmes gravés dans le marbre).
    Après, je dirais que chacun écrit comme il veut (et comme il peut...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais c'est très bien les articles avec des conseils. Je ne suis pas contre, au contraire (d'ailleurs du coup je songe à faire le pendant négatif de cet article ^^).
      Ca permet de créer une boîte à outils diverse dans laquelle chacun peut piocher.
      C'est juste que, parfois, face à tous ces bons conseils qui sont vraiment jolis sur le papier, on se dit que nous on n'en applique pas le quart et qu'on a sans doute tort (parce qu'ils sont vraiment bons, ces conseils !). Alors qu'on a aussi notre méthode, même si elle est moins propre et moins jolie ;)

      Supprimer
  15. J'ai trouvé l'idée de ce post super originale, merci !!!
    Par contre, au fur et à mesure que je lisais l'article, j'étais de plus en plus pliée de rire... car ne ce sont quasiment que des choses que moi je fais.
    Va falloir que j'écrive ma propre liste de trucs que je ne suis pas alors... :-p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui !!! ^^
      Et je vais écrire ma liste de conseils, un jour, du coup ^^

      Supprimer
  16. Merci pour cet article, tu me rassures, j'ai les mêmes "défauts" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Défauts qui n'en sont pas, justement :D

      Supprimer
  17. Ouf ! On se sent plus léger après la lecture d'un tel article ! Liberté, liberté chérie ! Un peu de discipline ne nuit à personne, mais s'imposer des contraintes pour suivre tel gourou de l'écriture, non et encore non ! Le stress nous tombe dessus de toute façon et le sentiment de l'accomplissement vient contrebalancer les sempiternelles questions : vais-je enfin terminer ce roman, est-ce que j'aime ce que j'écris et aimeront-ils ? On ne survit pas en tant qu'écrivain en appliquant la recette de Madame Flylady. A chacun son univers et sa méthode, l'essentiel est d'aller au bout de son projet avec un minimum de bonheur :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais même : un maximum de bonheur ;)

      Supprimer
  18. Ah la la quel bonheur de déposer ce poids ressenti lorsque je me suis rendue compte qu'il m'est tout simplement impossible de réaliser un plan! Plusieurs endroits m'attirent pour poser mon pc, et c'est selon mon désir, merveilleux instinct libérateur, écrire c'est une histoire intime, qu'importe si le plus intense s'exprime alors que vous portez votre plus confortable survet' qui se doit d'être fatigué! Merci pour ce vent de liberté ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, voilà un message qui me touche !
      Merci à vous, et profitez de cette liberté !

      Supprimer
  19. L'autre jours, j'ai voulue faire un plan pour une scène. Tout était fixé dans ma tête, jusqu'aux réactions du personnage puis je me suis mise à écrire, et à part la conclusion de la scène, c'est totalement parti autre part. Par contre, moi je me force à écrire tous les jours parce que j'ai l'impression de tuer mon personnage si je n'écris pas. Du coup pour écrire, c'est tard le soir, ce qui fait que ça fait deux/trois mois que j'ai de ces cernes... Et donc, pas de bureau, mais un bon lit pour moi! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah écrire dans le lit, je le fais parfois aussi. J'aime mon confort douillet pour écrire ^^

      Supprimer
  20. 100% d'accord, je ne respecte aucun des 10 conseils non plus, chacun a bien sûr sa méthode et certains peuvent être utiles dans telles circonstances bien entendu.
    D'ailleurs couper Internet et se couper de distractions possibles peut être néfaste, y compris dans d'autres travaux que l'écriture (je suis analyste informatique, rester bloquer sur quelque chose ne sert à rien, faire autre chose et souvent la solution vient toute seule)… Avoir Internet connecté, outre aller sur réseaux sociaux ou forum qui distraient de l’écriture, peut être utile, mais en plus cela permet de faire des recherches (orthographe, synonymes, mot qu’on ne trouve pas, Wiki…)
    Pour imprimer… en changeant de format, de police, d’affichage, de logiciel on voit très bien certaines erreurs tout aussi facilement qu’en imprimant sur papier et ça ne coûte rien. Inutile donc d’imprimer sur papier, on ne verra pas mieux certaines bourdes.
    Et puis une méthode standard de travail, respectant les X commandements de l’écrivain (il y en a plus de 10 je crois), ne permet pas d’écrire une histoire, mais peut-être une rédaction de collégien… Écrire c’est être dans son environnement et ses habitudes préférés pour rédiger quelque chose qu’on est les seuls à pouvoir produire et qui plaira à nos lecteurs et à d’autres…
    Mémoire du Temps

    RépondreSupprimer
  21. Je suis tellement pareille, excepté pour le dernier point, mon cahier fourre-tout me suis partout et il m'est essentielle, non pas pour ne pas oublier (j'ai globalement une bonne mémoire), mais pour le plaisir d'écrire, tout simplement. Je préfére largement l'écriture manuscrite donc ma dernière relecture, elle se fait quand je tape à l'ordinateur (bref, le contraire du conseil huit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! J'admire ceux qui écrivent encore sur papier : je n'ai pas du tout la patience nécessaire pour ce faire ^^

      Supprimer
  22. Tu m'as bien fait rire avec cette article.
    Il est vrai qu'on est tous très différent et on écrit pas de la même façon.
    Poura part le plan, les fiches personnages et le carnet rempli à rabord font partie de moi (mon côté juriste doit reprendre le dessus), avec mes études, j'écris limite un roman en 3 ans donc les idées fusent mais je ne peux pas les mettre en condition donc ses méthodes reste un bon moment de conserver mes idées.
    Mais pour le reste, je ne peux pas écrire sans musique, j'ai ma playlist conrrespondante à chaque histoire 😁😁😁

    RépondreSupprimer