mercredi 23 décembre 2015

Bilan, vous avez dit bilan ?

Qui dit fin d'année, dit bilan annuel !

L'année a été particulièrement bourrée en émotions, des très bonnes comme des beaucoup moins bonnes, et j'ai un peu le sentiment d'avoir fait le yoyo au fil des mois (voire des jours !). Pas mal de trucs ont été chamboulés, tant professionnellement que d'un point de vue personnel. Une année épique, donc !

Dans les moments phares : mes contrats avec Gulf Stream et Play Bac ! Le travail a été et est encore passionnant, et j'ai super hâte de découvrir mes romans en librairie... C'est vraiment une nouvelle aventure qui commence pour ma casquette d'auteur !
Et puis, dans le moins drôle, il y a eu les attentats qui nous ont tous chamboulés, en janvier et en novembre ; et mon algodystrophie qui s'est déclarée en mars et qui m'empêche de marcher depuis (ou presque), modifiant pas mal de trucs dans ma vie perso et limitant ma présence en salons (sniff).

Donc, j'avoue que je me demande un peu ce que va donner ce bilan par rapport aux objectifs que je m'étais fixés, vu que tout ça a été un poil chaotique ^^
Let's go !

Côté pro
- Continuer à bosser en autoentrepreneur, trouver de nouveaux clients et chercher à me développer.

Check !
L'année a été plutôt bonne de ce côté, et mes deux mois creux sont tombés pile au moment où j'avais des romans à écrire... Ce qui tombe plutôt bien ! J'ai de nouveaux clients, de nouveaux projets avec les anciens, et les choses bougent. Chouette !



- Assurer du côté de mon autre casquette, que je devrais pouvoir vous expliquer très bientôt :)

Check !
Il s'agissait bien sûr de ma casquette de directrice éditoriale chez Scrineo. Les romans de Nadia et Aurélie sont sortis, d'autres sont en préparation, et j'ai tellement de manuscrits à lire que j'ai pris du retard cet été... mais je suis enfin en train de le rattraper. Donc, je ne sais pas si j'assure, mais je m'éclate !





Côté écriture

- En priorité, terminer les premières corrections éditoriales des Notes pour un monde meilleur ! Et bien sûr assurer les prochaines vagues quand elles viendront.

Check !
Le roman est sorti en septembre, et pour le moment il enchaîne les coups de coeur. J'aime vraiment lire vos retours dessus, vu qu'il est assez différent de De l'autre côté du mur tout en retournant dans le même univers et en réservant (normalement) quelques surprises. Cette préquelle était un peu un pari... et je suis contente de voir qu'elle vous plaît !




- Jusqu'au mois de mai, je serai ensuite occupée avec un projet mystère... ma première commande ! Pour le moment, je ne peux rien dire, si ce n'est que ce sera très différent de ce que vous connaissez :)En tout cas, c'est quelque chose de super important pour moi et j'ai hâte de vous en dire plus !
Check !
Ca a finalement été décalé, le projet a changé entre temps et je bosse toujours dessus, mais il s'agit de mon roman pour Play Bac, le fameux #projetsecret dont je ne peux pas encore vous parler. (Un an que je tiens ma langue, vous vous rendez compte ? Ca devrait compter comme un point "check" ^^).
Une chose est sûre : je m'éclate.



- Ensuite, si tout va bien, je travaillerai sur un autre projet mystère, un roman YA en one-shot... là aussi, vous pourriez bien avoir des surprises, parce que je bouscule mes habitudes !

Fail
Ce projet n'a pas avancé d'un pouce, et il est standby pour le moment. En fait, j'ai même un autre roman YA en tête à faire avant, mais ça, j'en parlerai dans les objectifs 2015 ;)

- Après, je ne sais pas encore, mais j'aimerais écrire un nouveau roman du genre du Secret des Bois-Noirs pour les éditions Imaginemos, j'espère que je trouverai le temps de le faire cette année.


Fail
J'ai un synopsis pour une suite au Secret des Bois-Noirs, mais je n'ai pas écrit une ligne du roman et ce n'est plus d'actualité pour le moment. 

50 % des objectifs remplis pour l'écriture, donc ! C'est pas si mal, compte-tenu des évènements et des gros boulots que j'ai dû faire pour les autres objectifs :)



Côté publication
- J'espère trouver un éditeur pour Play Your Life nouvelle version... j'attends des réponses, il me reste quelques cordes à mon arc après ça. Cette année sera celle qui scellera le destin de cette trilogie !

Double check !
A part que ce n'est plus une trilogie mais un one-shot, et que donc j'ai dû bosser pas mal dessus pour le reprendre entièrement (encore), Play Your Life, renommé I.R.L., a trouvé preneur, et j'ai même mon exemplaire en main ! Sortie prévue en avril, je crois que vous le savez tous si vous lisez ce blog, parce que je crois que j'en parle "un peu" souvent. Je bous d'impatience !




- Je dois assurer la promo des Notes pour un monde meilleur, of course...

Ce n'est ni un fail, ni un check. J'assure la promo en ligne, en revanche je n'ai pour le moment pu faire qu'une seule dédicace, ce qui, je dois l'avouer, me frustre un peu. Il me tarde de partir à la rencontre de mes lecteurs pour savoir comment vous avez reçu cette préquelle :)

- ... et celle du projet mystère que je vais bientôt commencer.
Fail
Les évènements ont fait que c'était un objectif prématuré ^^ Il sera reporté à 2016 !

Et sur les réseaux, je vais essayer de garder une régularité sans me laisser bouffer trop de temps... pareil pour le blog, d'ailleurs !

Fail
J'ai pas mal perdu ma régularité sur ce blog pendant une bonne moitié de l'année, et ma présence sur les réseaux a été un peu en dents de scie, à l'image de mon année. Je vais essayer de redresser la barre pour l'an prochain, et de retrouver un équilibre à ce niveau.

Côté lecture, pas de pression, je fais au petit bonheur :)

J'ai lu énormément de manuscrits, beaucoup moins de romans "plaisir". J'espère trouver le temps de lire un peu plus pour moi l'an prochain.
Rendez-vous dans un an pour voir si j'ai tenu tous ces objectifs !
Oui et non. Les objectifs essentiels sont remplis (sortir la préquelle, publier I.R.L. et bosser sur le projet secret), mais tous les objectifs secondaires sont partis à la trappe, en partie parce que j'ai dû retravailler complètement I.R.L., en partie parce que j'avais plein de boulot, et enfin à cause de mon algodystrophie qui m'a bouffé pas mal de temps en kiné et examens, et surtout énormément d'énergie. J'ai été forcée de me recentrer sur l'essentiel, mais je pense que j'ai enfin réussi à retrouver un bon rythme !
Au final, une année très positive côté écriture, chargée en boulot pro, et très mauvaise côté santé, qui n'a pas trop laissé la place à de nouveaux projets (sauf dans ma tête... rendez-vous dans les objectifs 2016 pour en savoir plus !) mais qui me permet d'envisager 2016 avec beaucoup d'impatience ! :)

En attendant, je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année, les amis !



Et vous, quel bilan pour cette année 2015 ?

jeudi 17 décembre 2015

Concours flash de Noël !

Ho ho ho !
Un petit concours avant Noël, ça vous dit ?

Il y a quelques jours, je vous ai montré la couverture d'I.R.L... Et comme c'est les fêtes et que je suis de bonne humeur, j'ai envie d'offrir à trois d'entre vous la possibilité de découvrir un extrait en avant-première !



Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, il se trouve je m'associe à ma chère Cindy Van Wilder pour vous faire gagner aussi des goodies Outrepasseurs dédicacés, accompagnés d'extraits de Memorex en avant-première !




En jeu : un lot de goodies Outrepasseurs dédicacé, qui sera accompagné d'extraits exclusifs de Memorex et d'I.R.L. ! 

Pour participer : il suffit de laisser un commentaire sous ce post OU sous celui de Cindy. 
Inutile de déposer votre participation sur nos deux blogs, nous centraliserons toutes les participations que nous aurons reçues, ne vous inquiétez pas :)
Le concours est ouvert à l'international.


EDIT : Mille mercis à tous et à toutes pour votre participation !
Les trois gagnantes ont été désignées et prévenues par e-mail. A bientôt pour de nouvelles surprises !

lundi 14 décembre 2015

I.R.L. - La couv !

Hé oui !
Elle est là, elle est belle, elle est fushia : c'est la couverture d'I.R.L., mon prochain bébé à paraître chez Gulf Stream en avril !





Et en prime, on vous offre mon cri de joie quand j'ai découvert le roman à Montreuil... ^^

C'est par ici : https://www.facebook.com/GulfStreamEditeur/videos/1048437171853998/


Alors ? Vos impressions ?
(Et, oui, au passage, vous aurez remarqué que le blog s'est refait une beauté ? :) )

mardi 8 décembre 2015

Montreuil, ce salon si cher à mon coeur

Les compte-rendus fleurissent sur l'édition 2015, et j'étais partie pour vous faire le mien, mais... En fait, c'était tellement incroyable que j'ai envie de faire plus. J'ai envie de vous dire à quel point j'aime ce salon, et tout ce qu'il m'a apporté, tout ce que j'y ai vécu, pour que vous compreniez à quel point je suis heureuse de m'y rendre cette année, malgré la foule, la chaleur, les transports et la crève que j'attrape immanquablement la semaine suivante. 

Montreuil, ce salon si cher à mon coeur... rétrospective.

2010 
Pour ma première année de Master édition, je suis stagiaire sur le stand des éditions Mosquito, un petit éditeur de BD que je connais pour y avoir été bénévole pendant l'année précédente. Je découvre le salon, très impressionnée, avide de connaître tous ces gens que je croise derrière les stands et fière d'y avoir un peu ma place.
La samedi midi, 30 grenouilles de CoCyclics débarquent au salon. Je suis inscrite depuis quelques mois et n'ai pas encore eu l'occasion de les rencontrer "en vrai"... Un peu anxieuse, je les rejoins pour déjeuner. Je me sens tout de suite à mon aise, accueillie même si je me sens toute petite au milieu de ces grandes personnes. 
C'est là que je vois Silène pour la première fois, mais aussi Paul Beorn, Lise Syven, et... ma chère Cindy ! Le début de longues amitiés, qui se perpétueront de Montreuil en Montreuil.

Première rencontre avec Silène, Nadia et Syven ; Paul et Cindy sont juste à droite :)

Je retrouve aussi Nadia, que j'ai déjà croisée à un salon quelques années plus tôt. Elle vient de signer ses Fedeylins chez Gründ, les premiers exemplaires non corrigés sont sur le salon, ainsi que Xavier Décousus, son éditeur. Elle me présente, je l'écoute parler avec des étoiles plein les yeux et, gentiment poussée par la confiance de toutes ces nouvelles rencontres, je demande à Xavier s'il cherche une stagiaire pour l'été. Pas vraiment, mais il n'est pas contre... L'incroyable se produit : on prend rendez-vous pour un entretien en janvier !

Nadia signe à la sauvage ses premiers exemplaires des Fedeylins !

C'est le coeur rempli de tendresse et de motivation pour continuer "La Couleur de l'aube", le roman que je suis en train d'écrire, que je termine cette première édition du salon de Montreuil.


2011 
Xavier Décousus, avec qui je continue de travailler après mon stage estival, m'invite à l'inauguration du salon. Intimidée, je me mets sur mon 31, présente fièrement mon invitation à l'entrée... et me rends compte qu'il y a encore plus de monde ce soir-là que les autres jours. Cocktails, petits-fours... On me tend un verre de champagne, que je renverse avec maladresse - pas sur les livres, heureusement ! Je discute avec l'équipe de Gründ, fais un tour du salon avec Xavier, qui me présente à tout le monde, et m'en retourne bien consciente de tout le chemin qu'il me reste à parcourir avant d'appartenir à ce milieu. 
C'est le vendredi qu'arrivent Silène, Silvie et Paul, les grenouilles que j'ai appris à connaître entre temps. Elles m'invitent à un dîner avec Bragelonne, et me présentent à Stéphane Marsan - je ne vous dis pas comme je tremble.


Apparté avec Silvie, en attendant le restau

Je passe le dîner à expliquer maladroitement mon projet de mémoire à Stéphane, qui me promet une interview (youhou !), et j'en profite pour demander... hé oui, s'il ne chercherait pas une stagiaire. Il me donne le contact d'Isabelle Varange.
Toute contente, je m'en retourne chez moi et remonte les manches pour terminer mon cycle de La Couleur de l'aube, qui part voguer chez les éditeurs peu après. Une grande première !

2012 
De nouveau invitée à l'inauguration par Xavier, j'y vais un peu plus confiante, et en profite pour passer sur le stand de Bragelonne, où je discute avec mes collègues de l'été. Je croise aussi quelques camarades de promotion, je commence à me sentir plus à l'aise.


A l'inauguration, chez Bragelonne... 
Merci Silvie pour la photo avec Batman en fond !

Le vendredi, ça devient une tradition : je retrouve Silène, qui m'emmène faire le tour des éditeurs pour la 2e édition du GGG et en profite pour me présenter à tout le monde, pendant que je suis rouge pivoine. On termine la journée au cocktail d'Hachette, où je rencontre Isabel Vitorino... qui a eu "La Couleur de l'aube" dans les mains peu de temps auparavant. Pour la première fois, je parle de mes romans avec un éditeur, j'évoque De l'autre côté du mur que j'ai presque terminé, le contact passe bien. Que d'émotions !


2013 
De cette année-là, me reviennent des images en vrac :
- Le poster des Outrepasseurs sur le stand de Gulf Stream, que je regarde avec fierté et émotion.
- Ma première discussion avec Paola, l'éditrice de Cindy
- L'inauguration avec Bérénice, ma camarade de promotion, alors qu'on recherche du travail après l'obtention de notre diplôme.
- La joie de pouvoir dire aux éditeurs que je rencontre que j'ai publié De l'autre côté du mur : ça y est, je suis auteure moi aussi !
- La prospection pour mon travail d'éditrice freelance, pas toujours fructueuse.
- La tristesse de ne pas trouver Xavier au stand de Gründ, l'émotion dans la voix de ceux qui l'ont connu.
- Un gros câlin à Nadia, les larmes aux yeux et un sourire triste aux lèvres.
Une édition en demi-teinte, où je suis quand même heureuse de pouvoir jouer les groupies auprès de Nadia, et de revoir les collègues de Bragelonne.


2014
Je retourne à l'inauguration, avec les éditions Scrineo cette fois, pour lesquelles je suis directrice de collection. Je vais de nouveau voir Bragelonne, avec qui je travaille désormais en freelance, puis je file à des rendez-vous avec ma casquette d'auteur, que je commence à assumer pour de bon. Je rencontre des éditeurs qui ont lu mon dernier roman ou qui veulent savoir ce que j'ai comme projet ; je parle de De l'autre côté du mur, La Couleur de l'aube et Le Secret des Bois-Noirs, mes trois (trois !) romans publiés, de mon projet de préquelle. Je aussi parle de Play Your Life, beaucoup, puisque je suis en train de le retravailler et en recherche d'un éditeur.
Je passe chez Gulf Stream, où je croise Paola, qui me demande où j'en suis. Je parle donc de Play Your Life, et elle demande à le lire... Je le lui enverrai après le weekend.
Le vendredi est un tourbillon de rendez-vous chez Scrineo en tant que directrice de collection, je croise du monde connu dans les allées, je distribue des câlins aux copines, les mêmes que je rencontrais tout juste quelques années plus tôt. Et qui sont toutes derrière un stand pour dédicacer désormais. 
Idem le lendemain, et aux deux dîners que je fais avec elles, avec Barbara Bessat-Lessarge et Andoryss.

Un repas qui reste dans les mémoires ! (Manque Syven, qui prend la photo.)

En rentrant chez moi, un peu étourdie, je me rends compte que les choses ont bien changé, et je me demande ce que me réservent les prochaines éditions.


2015 
Cette année est doublement particulière, à cause de l'état d'urgence et de mes deux béquilles qui ne me facilitent pas la tâche. Vu mon carnet de rendez-vous, je décide d'y aller une journée malgré tout - et puis, je n'ai pas vu les copines depuis une éternité, j'ai trop envie de fêter leurs réussites de l'année pour annuler.

Et on les a fêtées, ces réussites !!! :)
A peine arrivée, je me rends sur le stand de Gulf Stream... et j'y découvre un exemplaire d'I.R.L. (ex-Play Your Life), tout juste sorti de l'impression, apporté par l'équipe pour me faire une surprise ! Je suis joie et bonheur, je fais un gros câlin à Cindy, on prend des photos... et même une vidéo. Je me sens chez moi, je rigole, je suis tout émue, on parle projets et voyages. Quel bonheur d'être là !


#teasing ^^


Les rendez-vous d'éditrice chez Scrineo s'enchaînent encore, les projets se préparent et se précisent... Puis je croise Nadia, désormais mon auteure en plus d'être mon amie (!), Silène et Paul qui n'arrêtent pas de signer leur merveilleux 14-14, je montre I.R.L. à tout le monde, on se raconte toutes nos aventures, pour finir au restaurant avec, entre autres, Barbara et Andoryss, comme l'an passé.
C'est là que je me dis que ça y est, je me sens bien dans ce monde que je regardais avec des yeux à la fois effrayés et envieux il n'y a pas si longtemps. Je ne sais toujours pas comment tout ça est possible, ni ce que me réservent les prochaines années, mais j'ai des étoiles plein les yeux et des projets plein la tête.


Avec ma chère Cindy :)


Et je me dis que c'est ça, Montreuil... un salon immense, dynamique, qui fourmille de gens curieux et de projets passionnants.

Vivement 2016 !


mardi 24 novembre 2015

Les grandes nouvelles du weekend

Ces derniers jours ont été chargés en bonnes nouvelles côté écriture !

Un petit billet récapitulatif pour ceux qui seraient passés à côté :)

D'abord, on m'a donné le feu vert pour annoncer l'éditeur du projet-secret-de-la-mort-qui-tue dont je vous parle depuis des mois. Le roman que je suis en train d'écrire paraîtra donc aux éditions PlayBac ! *Danse de la joie*






J'aime beaucoup ce qu'ils font, d'abord parce que ça me rappelle ma jeunesse (j'étais abonnée à "Mon petit quotidien", puis "Mon quotidien", et je passais des heures avec mes "Incollables"), ensuite parce que je trouve leur gestion de l'actualité pour les enfants remarquables (ils proposent des éditions spéciales gratuites pour aider à en parler en famille), enfin parce qu'ils publient entre autres Nadja, qui a écrit "Chien Bleu", un de mes albums favoris depuis des années.
Bref, je suis évidemment ravie d'écrire un roman pour eux, et en plus, je dois bien avouer que je m'éclate. Vous n'avez pas fini d'entendre parler de ce projet secret !





Et d'ailleurs, en parlant de ça, je ne suis qu'à trois chapitres de la fin... La tension est à son comble !
Du coup, je ne finirai pas le Nano cette année (les évènements de ces derniers jours ont mis ma créativité à néant, et j'ai eu bien du mal à me relancer), mais j'ai bon espoir de terminer le roman avant la fin du mois. Et comme c'était mon objectif initial, tout n'est pas perdu ! :)
Et ensuite ? Ensuite, je le reprendrai pour le corriger, avant d'envoyer le tout à ma merveilleuse éditrice à la fin de l'année.







Mais avant, j'attends avec impatience les premiers exemplaires d'I.R.L. (ex "Play Your Life"), qui paraîtra toujours en avril aux éditions Gulf Stream. Le roman est parti chez l'imprimeur il y a quelques semaines, et j'ai tellement hâte de le voir que ça me paraît looong !
C'est mon plus gros roman à ce jour, je suis absolument fan de la couverture qu'on lui a choisie, j'aime tout autant le résumé, et bref, je suis comme une gosse avant Noël (oh ! ça tombe bien, c'est bientôt Noël, justement ^^). 


Et en attendant de vous partager la couv, vous pouvez déjà découvrir celle du roman de Cindy, qui sort dans la même collection au mois de mai, et que j'ai adoré !




Oh, et j'ai aussi reçu des retours merveilleux sur mes Notes pour un monde meilleur, le genre de retours qui me font rougir jusqu'à la racine et gonfler mon petit palpitant de fierté. Ceux qui me rappellent pourquoi j'écris, pourquoi j'ai envie de partager tout ça avec vous. 
Alors encore une fois, merci, mes chers lecteurs et lectrices, vous êtes merveilleux(ses). 





Voilà pour les dernières nouvelles !
J'espère que tout se passe bien de votre côté, et je vous envoie des bises depuis mon nouveau bureau ! (Eh oui, parce qu'au milieu de tout ça, j'ai aussi déménagé :) )



lundi 16 novembre 2015

Ce silence qui m'étouffe

Ca fait trois jours que je vous lis. 
J'écoute, je regarde, je ris, je pleure, je m'énerve, j'espère, j'essaie de comprendre, je partage.
Mais je ne parle pas. Ou pas de ça.
Je ne parle pas parce que mes mots sonnent creux. Parce que d'autres les ont dits avant moi. Parce que je n'en trouve aucun pour exprimer ce que je ressens depuis vendredi soir, quand j'ai découvert le premier article sur la première fusillade, puis cette montée de violence et d'horreur, minute après minute. Le nombre de morts qui augmente, les proches qui demandent des nouvelles, ceux qu'on n'arrive pas à joindre. Le soulagement, enfin, de les savoir chez eux, la peur de découvrir quand même un nom connu parmi les victimes identifiées les unes après les autres. L'horreur d'imaginer, d'entendre ce que vivent les rescapés et ceux qui ont perdu un être cher.
Parmi les victimes du Bataclan, il y a Lola Salines, une éditrice de Gründ jeunesse. Je ne lui avais jamais parlé, mais je l'ai souvent croisée quand je travaillais là-bas - je me souviens son visage toujours souriant, son rire dans les bureaux. Je pense à ce rire qui ne résonnera plus, à tous ces rires qui retentissaient dans les rues de Paris et qui ont été fauchés en quelques heures. Je pense à leurs familles, à leurs amis, qui ont eux aussi perdu leur sourire.
Pour eux non plus, je n'ai pas de mots. Alors j'allume des bougies à la nuit tombée, comme pour brûler ce silence qui m'étouffe. Je les laisse parler à ma place. 

Depuis vendredi, il y a cette boule d'angoisse nichée au creux de mon estomac, qui enfle et diminue selon les moments. Presque vivante. Comme une compagne dont je ne sais pas quoi faire.
J'ai peur pour demain. J'ai peur de la haine qui va permettre à ces salauds de gagner la partie. La haine contre les musulmans, bien sûr - mais pas seulement. La haine contre ceux qui ne haïssent pas assez, contre ceux qui haïssent trop ; la haine de ceux qui n'ont pas le même avis que nous. J'ai aussi peur des radicaux que de ceux qui les haïssent, car c'est cette division qui nous détruira. 

Je me raccroche aux marques de solidarité, à l'humour, aux rires qui retentissent de nouveau dans cette ambiance feutrée, et je veux croire que c'est ça qui vaincra. Je veux vraiment y croire. Mais je suis terrifiée à l'idée de me tromper.

Je rêve d'un monde où la tolérance viendrait frapper à la porte de chacun et s'inviterait chez nous, juste un peu, le temps de comprendre nos voisins et d'accepter qu'ils ne soient pas comme nous, comme ils accepteraient nos différences. 
Tolérance. Un mot étrange, souvent rebattu, déchiré, torturé, brandi et jeté tour à tour. Un mot qui, à mes oreilles, rime avec empathie et humanité. Pour d'autres, il rime avec faiblesse. Je crois au contraire qu'il faut être très courageux pour comprendre les autres. Ceux qui nous ressemblent, mais surtout ceux qu'on n'approuve pas, ceux qui nous désapprouvent. 

C'est pour elle que j'ai décidé de me battre. C'est pour elle que j'écris aujourd'hui, là où je suis incapable de parler. C'est elle qui, quelque part au milieu de la boule d'angoisse qui me ronge, rallume la flamme de l'espoir et la volonté de lutter.

Tolérance. Une idée tellement simple, au fond. J'essaie de croire qu'elle nous sauvera.



Illustration : Ramzy Taweel



mercredi 16 septembre 2015

Où on parle muse, attente, cheville et boulot

Ca fait un moment que je n'ai pas fait d'article perso, et ce blog traîne un peu la patte depuis quelques temps... du coup, je vous fait un article qui récapitule toutes les dernières nouvelles, histoire de repartir sur de bonnes bases pour le mois d'octobre ! (Oui, septembre me semble fichu d'avance, mais je ne désespère pas de retrouver mon rythme le mois prochain ^^)

Alors, ça en est où tout ça ?

Côté écriture
Je suis en stand by pour le moment, après avoir rendu mes corrections éditoriales pour "Play Your Life" et dans l'attente d'une réponse imminente (en théorie) pour un projet super-de-la-balle-que-j'aimerais-bien-que-ça-se-fasse. 
Donc, calme plat... ou presque, parce que Muse a décidé de s'emmêler histoire de me donner de quoi m'occuper dès que j'aurai du temps libre, des fois que j'aie peur de m'ennuyer. Ca frétille dans ma tête, la voix de mon héroïne s'impose à toute heure de la journée (ou de la nuit) et me raconte des trucs que je dois absolument mettre dans le roman - et que j'oublie aussi sec, évidemment.
Bref : le prochain roman est en cours de maturation dans ma caboche, et j'ai hâte de m'y mettre !
J'ai envie d'un truc drôle et punchy sur un sujet beaucoup moins drôle qui ne vous étonnera probablement pas, si vous avez suivi mes aventures. Mais il est encore bien trop tôt pour en parler, parce que le traitement peut encore changer mille fois !

Je vous livre quand même le nom de code en exclusivité... 

A la petite cuillère !

Hein ? Non, je livre pas le nom à la petite cuillère. C'était ça, le nom. On ne RIT PAS dans la salle. Ou si, en fait. =)
Comme vous le voyez, la muse est incontrôlable et je ne réponds de rien pour ce qui va suivre !





Côté boulot
C'est cool, ça bouge, il y a plein de projets enthousiasmants et des choses variées, du nouveau et des choses que j'aime qui reviennent... Un peu trop, en ce moment (tous mes clients m'ont contactée plus ou moins au même moment, et même des nouveaux), et j'avoue que je ne serais pas contre quelques jours de répit parce que je travaille jusqu'à tard et même le weekend depuis que je suis rentrée de vacances, mais les projets sont top alors ça fait plaisir !
J'ai pris du retard sur mes lectures pour Scrineo, en revanche... je commence enfin à m'y remettre.
Pour les curieux, plus d'infos sur mon site pro.




Côté cheville
Vous êtes nombreux à me demander des nouvelles, et je voulais vous dire MERCI pour ça, parce que c'est précieux de se sentir soutenu quand on est confiné chez soi la plupart du temps :)
Et donc, pour vous répondre : il y a du mieux, je n'ai plus d'antidouleurs (par choix personnel) et j'ai gagné en autonomie puisque je peux me déplacer normalement chez moi et sur de très courtes distances (5 min max). Et ça, ça fait du BIEN ! 
Sinon, je traîne toujours mes béquilles (qui ont gagné des autocollants pendant les vacances), je crains le froid qui arrive parce que ça augmente les douleurs - je l'ai déjà senti ces derniers jours -, je passe beaucoup de temps en balnéothérapie parce que ça me fait du bien et ça me permet de regagner en souplesse de la cheville, et j'essaie de me concentrer sur mes victoires plutôt que sur mes douleurs ou sur le temps qui passe.
Car tout est là : c'est long... un an, deux ans, peut-être plus, peut-être moins ; on n'en sait trop rien, mais il faut être patient. La plupart du temps ça ne me dérange pas, j'ai accepté, et compris que ça ne m'empêcherait pas de vivre pour autant ; je dois juste me concentrer un peu plus sur moi, prendre du temps pour me reposer, physiquement et mentalement (octobre, où es-tu ? ^^). Le voyage de cet été a été formidable pour ça !




Mais j'avoue que l'idée de manquer des salons (notamment pour soutenir mon petit dernier qui vient de sortir !) parce que je ne peux pas prendre le train seule, c'est quand même frustrant.
Donc : non, vous ne me verrez pas cet automne, peut-être un peu sur Paris si les conditions s'y prêtent (même les transports en commun, c'est l'horreur), et je croise très fort les doigts pour pouvoir faire quelques salons au printemps, au moins ceux de la région parisienne.
Et vous allez me manquer !!!

Mais bon, je découvre de nouvelles choses, je comprends mieux les problématiques des handicapés (et, surtout, de ceux dont le handicap n'est pas visible et/ou pas reconnu), je remercie le dieu des autoentrepreneurs de m'avoir poussée dans cette voie parce que sans ça je ne pourrais pas travailler (ou plutôt : pas aller au travail, et je n'aurais pas de temps pour la balnéo), et que je suis vraiment heureuse de pouvoir mener une vie à peu près normale, même si elle demande quelques sacrifices pour ne pas trop tirer sur la corde.
Et puis comme ça, la panthère de poche et moi, on a un point commun avec Krokmou et Harold : on a toutes les deux une patte folle !

Et Krokmou et Harold, ils ont la classe.


Voilà voilà pour les dernières nouvelles :) Je vous fais des bises, et je m'excuse encore une fois d'être un peu effacée de ce blog depuis quelque temps. Vous me manquez, et j'ai bien l'intention de me rattraper !


mercredi 2 septembre 2015

De retour pour la sortie des "Notes pour un monde meilleur" !

Je sais, je sais, je suis un peu en retard, mais la rentrée s'est faite sur les chapeaux de roue et je n'ai pas eu le temps de souffler... Bref, je n'ai toujours pas le temps mais je le prends : je suis là !

Et je reviens avec deux bonnes nouvelles : la première, c'est que j'ai ouvert un autre blog (temporaire) pour raconter mon fabuleux voyage au far west (pour les curieux, c'est ici : http://les-frenchies-dans-louest.blogspot.fr/). 
La seconde, c'est que c'est la sortie des Notes pour un monde meilleur ! Deux ans jour pour jour après De l'autre côté du mur, je reviens aux origines de la société dans une préquelle plus courte, plus sombre aussi, et dont il faudrait vraiment que je vous fasse la genèse un de ces jours :)

Mais en attendant : c'est l'heure du traditionnel shooting photo avec miss panthère de poche, qui n'a pas été très coopérative cette fois-ci ^^



Wooky découvre le petit dernier, un peu sceptique.

Aaaah, d'accord, en fait il va avec le premier ! Je comprends mieux !
Le premier qui les touche, je mords !

Voilà voilà... après ça, pas moyen de la faire descendre de l'accoudoir, et si je touchais aux livres, elle revenait se poster à l'endroit où je les avais mis. Je pense que ça veut dire qu'ils sont adoptés !


J'ai hâte d'avoir vos avis sur cette préquelle, et je m'excuse d'avance si le blog n'est pas très régulier dans les prochaines semaines. See you soon, folks !

mardi 14 juillet 2015

Je trace la route !




Ce blog sera en pause jusqu'à la fin de l'été pour cause de voyage au bout du monde (ou presque) :)
Au programme : deux semaines à Santa Cruz/San Francisco et deux semaines de road trip dans l'Ouest américain. En béquilles. Ca promet d'être folklo ! 

Très bel été à tous, bonnes vacances à ceux qui en ont et plein de courage aux travailleurs. 
Moi... je trace la route !





mardi 7 juillet 2015

Une nouvelle inédite en téléchargement gratuit !

Hello les amis !


*roulements de tambour*



Ce jour, grâce à votre enthousiasme délirant (j'en fais un peu trop, mais chut, c'est pour le spectacle) nous venons d'atteindre les 500 fans sur Facebook ! On a aussi allègrement dépassé les 40 000 vues ici-même, et puis c'est bientôt les vacances, bref : vous êtes formidables et j'ai envie de vous faire plaisir.

Donc, comme prévu, je vous propose une nouvelle complètement inédite en téléchargement gratuit.





Pour la petite histoire, j'ai appris au détour d'une conversation avec mon cher et tendre qu'il existe des câbles de fibre optique qui traversent les océans pour relier les continents. Tout de suite, l'idée a fait "plop !" dans ma tête, et même si j'écris assez peu de nouvelles, le lendemain soir j'avais le premier jet de celle-ci. 
Elle reste toujours une de mes préférées à ce jour, et je suis ravie de pouvoir vous la faire lire aujourd'hui, en espérant qu'elle vous fera passer un bon moment :)




Hop ! Laissez votre chapeau sur la plage, enfilez votre combinaison et votre masque de plongée, et laissez-vous embarquer au fond des eaux, là où le soleil a complètement disparu. Parfaite destination pour cet été, non ? 







Note : Il n'y a pas besoin de posséder de compte Dropbox pour télécharger les fichiers : il suffit de cliquer sur "Non, merci, je souhaite poursuivre le téléchargement" en bas de la fenêtre qui s'affiche.

J'espère que la qualité est correcte, c'est moi qui ai bidouillé la couverture et le fichier avec les moyens du bord. N'hésitez pas à me dire si je peux améliorer votre confort de lecture !



Voilà voilà ! N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé, en commentaire, par mail ou sur les réseaux sociaux ; ou bien gardez-le pour vous si vous préférez, vous avez le droit aussi ;-)
Le téléchargement de cette nouvelle est entièrement libre, donc n'hésitez pas à partager !

Encore merci pour votre soutien et votre enthousiasme, franchement, cela me porte au quotidien. D'ailleurs, ça tombe bien, il paraît que j'ai des corrections éditoriales à faire avant de partir en vacances... ;-)





mercredi 24 juin 2015

Deux extraits pour le prix d'un !

Je vous l'avais promis, il est là : l'extrait des Notes pour un monde meilleur, la future préquelle (si, si, ça a un sens) de De l'autre côté du mur, à paraître en septembre ! 



Et comme j'ai envie de me de vous faire plaisir, j'en ajoute même un petit supplémentaire... comme ça, vous découvrirez les deux voix du roman (Azra et Isaac), et les deux ambiances assez différentes qu'on va pouvoir y trouver. Non, non, je n'essaie pas du tout de vous appâter ! ^^




Hop, extrait numéro 1 : Dans la peau d'Azra

J’allume la télévision et laisse mon esprit vagabonder tandis que les images défilent devant mes yeux. Je n’écoute pas : je me contente de m’immerger dans cette explosion de couleurs, de placer mes personnages dans une forêt sombre aperçue au détour d’un zapping, d’absorber la débauche d’énergie qui m’agresse depuis l’écran accroché au mur.
Je reste bloquée un long moment sur un jeu télévisé au concept assez similaire au Scrabble, que mes arrière-grands-parents aimaient tant même si c’était déjà vieux-jeu à leur époque ; ce sont eux qui m’ont donné le goût des choses du passé, ces souvenirs anodins qui nous transportent dans un autre temps. Quand le Scrabble a été inventé, par exemple, les ordinateurs existaient à peine et les voitures roulaient à l’essence dans d’interminables bouchons. Regarder ce jeu, c’est se rappeler que la vie n’a pas toujours été telle qu’on la connaît, s’imaginer dans la peau de nos ancêtres. Pour la plupart des gens, bien sûr, il est ennuyeux à mourir, mais pour moi c’est différent. Moi, je suis synesthésique. Je vois la couleur de chaque lettre : chaque nouveau mot formé est un arc-en-ciel à mes yeux. J’aime observer la valse des couleurs sur l’écran, cette valse que je suis seule à percevoir, ou presque.
« Alors, les joueurs font un joli tableau ? »
Je sursaute, puis souris en découvrant Isaac derrière le canapé, les mains sur les hanches, l’air goguenard.
« Je me demande comment tu fais pour regarder cette émission.
― Je ne regarde pas. Je savoure. »
Il hausse un sourcil, amusé, mais s’assied à côté de moi et me prend dans ses bras. Une chaleur tendre m’enveloppe tandis que je me blottis contre lui, enfouissant mon visage dans le creux de son cou. Il sent bon.
« Tu ne travailles pas ?
― J’ai promis que je resterais avec toi ce soir.
― Si tu dois vraiment…
― Non, je veux rester avec toi. Tu as raison, ça nous fera du bien. »
Il caresse mes cheveux avec douceur, m’arrachant un soupir de bien-être. Parfois, j’oublie à quel point sa présence me réconforte, à quel point je me sens heureuse quand il me prend dans ses bras. Je murmure :
« Je t’aime.
― Je t’aime aussi, Azra. Mais… »
Je tressaille, soudain tendue. Il me serre plus fort dans ses bras, m’embrasse sur la joue, puis se précipite sur la table tactile et zappe avec un sourire espiègle.
« … mais si tu veux que je reste éveillé, c’est moi qui choisis la chaîne !
― Hé ! Je regardais !
― Non, tu savourais. Et ce soir, c’est moi que tu vas savourer. 
― Isaac ! »

Il éclate de rire devant mon air outré, échappe de justesse à mes chatouilles vengeresses, puis m’embrasse avec fougue avant de mettre les infos. Je râle un peu pour la forme, mais je suis tellement heureuse de retrouver mon mari que je le laisse gagner.




Extrait numéro 2 : au tour d'Isaac !

Cette fois, ça y est. Le Nouveau Monde est prêt. Je serai le premier à y pénétrer - un hommage de Gregor qui me fait grincer les dents, mais qu’il serait malvenu de refuser. Dans quelques minutes, je passerai de l’autre côté du mur et prendrai mes quartiers dans les dortoirs des Pères, comme nous avons décidé de nous appeler. (…)

Le conseil m’appelle ; je me présente devant la porte qui mène sur l’unique bâtiment qui deviendra notre monde. J’offre à Gregor un sourire grinçant alors qu’il me fouille pour vérifier que je n’emporte rien qui puisse compromettre notre nouvel ordre - pas d’image de femme, pas d’œuvre d’art, pas d’outil de communication avec l’extérieur. Je retiens difficilement un sourire quand il passe la main sur le fond de ma malle, sous lequel est cachée la reproduction de La jeune fille à la perle qui ne me quitte jamais. Mon premier acte de résistance. Trop sûr de lui pour se douter de quoi que ce soit, Gregor ne remarque rien.


Alors ? Plutôt Azra ou plutôt Isaac ? :)


jeudi 18 juin 2015

L'algodystrophie, ou pourquoi j'ai du mal à suivre ces derniers temps

Hello les amis !

Vous l'aurez remarqué, je me fais plus discrète sur les réseaux sociaux ces temps-ci, sans compter le rythme de parution des articles de blog qui diminue fortement. Pour une fois, ce n'est pas parce que je suis overbookée, mais tout simplement parce que je n'ai pas assez d'énergie pour écrire, et une concentration qui frôle le zéro pointé. La raison est toute simple : depuis un peu plus d'un mois, j'ai une algodystrophie à la cheville. Ou un Syndrome Douloureux Régional Complexe, si vous préférez. Tellement glamour :)




Ce mot barbare est la raison pour laquelle vous me verrez surtout en béquilles dans les mois à venir : c'est une complication imprévisible qui survient après un traumatisme (ici, mon entorse d'il y a trois mois), sans qu'on sache vraiment expliquer pourquoi, qu'on ne sait pas vraiment soigner mais qui a la bonne idée de se soigner toute seule dans 90 % des cas.
Seulement, ça prend du temps. On parle de un à deux ans pour une rémission complète, sans séquelle. 
Et ça fait mal. Vachement mal, même. Du coup, je prends des antidouleurs, et même si je les supporte plutôt bien ça rend la concentration encore plus difficile (Oh, un éléphant rose !). Et puis je passe beaucoup de temps chez le kiné, aussi, pour éviter de perdre ma mobilité, ce qui peut arriver.

Pour en savoir plus : 
L'algo, késaco ? 
Un site qui illustre bien la façon dont la pathologie s'adapte à chacun, et varie beaucoup : http://algosdrc.free.fr/lalgo_c_quoi.php

Mais si j'en parle ici, ce n'est pas pour me plaindre (j'ai des tas d'occasions de le faire en dehors du blog ^^), c'est plutôt pour vous expliquer que j'apprends petit à petit à vivre avec la douleur et sans pouvoir marcher. Et comme j'ai l'habitude de vous donner mes ressentis sur les choses que je vis, l'algo ne va pas faire exception à la règle :)



La première chose à faire, c'est de s'entourer. Parler, échanger. Ne pas s'enfermer dans le silence, même si on a peur d'embêter les autres avec nos ennuis. Tant pis : ceux qu'on embête s'éloigneront, et les autres resteront. Et puis, pour être honnête, j'ai peut-être beaucoup de chance, mais je suis plutôt très agréablement surprise par la gentillesse et la présence de tous mes proches et moins proches. 
On se rend compte que certaines personnes de notre entourage ont vécu la même chose, que d'autres nous envoient des brassées de coeurs qui font du bien les jours où on a trop envie de râler. Dans tous les cas, il ne faut surtout pas rester seul : on a déjà bien assez de moments de solitude, et demander de l'aide, c'est difficile mais c'est important. Ca permet de continuer à vivre.
Alors, merci, merci à tous ceux qui sont là. Vous n'imaginez pas comme votre présence est précieuse !




Après, bien sûr, il faut faire des choix. Je dois choisir mes sorties en fonction de ce dont je suis capable, des transports, du temps que j'aurai pour récupérer derrière et de l'aide que je pourrai espérer sur place (un endroit pour m'asseoir, des gens pour m'aider à porter mon sac, à tenir mon verre, toutes ces petites choses qu'on n'imagine pas quand on vit normalement). La moindre action compte, le moindre geste demande plus d'énergie, alors on ne peut pas tout faire comme avant. Mais il faut quand même vivre, se faire plaisir... l'essentiel, c'est d'arriver à trouver son équilibre. C'est ce que je cherche en ce moment, ce que je commence à trouver. Je pense que, quand ce sera fait, je pourrai enfin reprendre mes activités normales :)

Si vous voulez comprendre un peu ce que ça donne au quotidien, je vous conseille cet excellent article sur la théorie de la cuillère, écrit par une fille qui a le Lupus, mais valable pour tout type de maladie et de douleur chronique. 





Ensuite, petit à petit, on trouve des solutions pour retrouver de l'autonomie au quotidien. J'ai un nouveau meilleur ami : mon tabouret à roulettes ! Grâce à lui, je me trimballe dans tout l'appartement sans poser le pied et en portant des choses (ce qui est impossible avec les béquilles), je peux me faire mon thé, mon café, même faire la cuisine parce qu'il se règle assez haut pour s'adapter au plan de travail. OK, et j'avoue, je m'éclate, vous venez faire la course quand vous voulez ^^ 


Oh, et puis, j'aime pas les béquilles, je trouve ça triste. Alors je me suis amusée à les customiser, et maintenant je suis contente de les montrer quand je sors avec ! Elles font fureur chez le kiné et aux différents examens que j'ai dû passer, en tout cas, et je crois que j'ai donné des idées à quelques autres patients :)





Voilà où j'en suis, en gros. Le point positif, c'est que mes neurones ont recommencé à bouillonner sur un projet mystère de la mort qui tue que s'il fonctionne c'est trop de la boulette (si, rien que ça !), et je pense pouvoir m'attaquer au synopsis très bientôt. Ensuite, j'espère réussir à enchaîner avec mes corrections éditoriales des Notes pour un monde meilleur, je sais qu'il est attendu, héhé ! Peut-être même que vous aurez droit à un extrait ? ;-)
La machine se remet en route petit à petit, et ce blog devrait retrouver son rythme normal d'ici quelque temps !

Pour le mot de la fin, je voulais dire que, si cette mésaventure m'apporte une chose, c'est bien de rebooster ma foi en l'humanité. On dit toujours que les gens sont sans-gêne, égoïstes... et c'est vrai, parfois. Mais, franchement, je ne cesse de m'émerveiller devant le nombre de gens inconnus qui font un petit geste pour m'aider, me laissent une place dans le bus, me tiennent une porte, ramassent un truc que j'ai fait tomber ; il y a même ceux qui, voyant que je ne parviens pas à passer dans la foule, se prennent la main et me fraient un chemin en criant "Attention, béquilles !". C'est vrai qu'il y en a aussi qui me bousculent et ne s'excusent même pas. Mais, franchement, comparé à tous ceux qui m'aident sans que j'aie rien demandé, ils sont vraiment insignifiants.




mardi 2 juin 2015

Les éditions Scrineo, le Young Adult et moi

En ce retour des Imaginales, j'ai une grande nouvelle à vous annoncer, même si bon nombre d'entre vous sont déjà au courant.
La parution de deux premiers ouvrages est l'occasion de l'officialiser : depuis l'an dernier, je suis directrice de collection Young Adult aux éditions Scrineo. 




Concrètement, qu'est-ce que ça implique ? 
Hé bien, je cherche des romans et des auteurs pour ma collection, je lis leurs manuscrits et, s'ils me plaisent, Jean-Paul Arif et moi décidons d'une éventuelle publication. C'est moi, également, qui effectue la direction littéraire du roman pour toutes les questions de fond.

Et à la fin, on obtient ça :


 



Je suis très fière de ces deux romans, à la fois riches et originaux, qui vous laissent des images et des émotions très vives bien après la fin de la lecture. Travailler avec Nadia et Aurélie a été (et est toujours) un vrai bonheur, et je peux vous assurer que ce n'est qu'un début ! J'ai bien l'intention de vous préparer d'autres surprises... et il y en aura pour tous les goûts.

Comme le "Young Adult" est un terme assez mystérieux sur lequel on a beaucoup de préjugés, je me permets de préciser ce que j'entends par là : pour moi, il s'agit tout simplement de romans que l'on peut lire à partir de 14-15 ans et jusqu'à pas d'âge. Peu importent le genre, la structure de l'intrigue ou le thème abordé : il faut surtout un style et une histoire qui vous happent depuis le début et ne vous lâchent plus, des émotions fortes, et des enjeux clairs. 
Tension et émotion seront les maîtres mots de cette collection, que ce soit dans la violence, dans la légèreté, dans l'humour, dans la nostalgie, dans le passé, dans le présent ou dans le futur. Même si je reçois beaucoup d'imaginaire, je cherche également des romans réalistes, historiques ou contemporains. 
Je veux des histoires qui nous font vibrer, qui aient un sens ; des histoires qui changent de ce qu'on a l'habitude de lire, ou qui abordent les sujets sous un angle différent. J'accorde une attention toute particulière aux personnages, à leur évolution et à leurs relations.

Je suis très fière de faire ce travail en collaboration avec les éditions Scrineo, qui défendent les auteurs francophones depuis toujours et apportent une grande importance à la qualité de leurs ouvrages. C'est une maison d'édition que j'admire et dont je partage les valeurs... que j'ai bien l'intention de vous faire partager à mon tour !

Le site de l'éditeur : http://scrineo.fr/.

lundi 11 mai 2015

Le tag du jour : extraordinary means

Il est tout beau, il est tout frais, il vient de chez Cindy Van Wilder et il va me torturer : c'est le tag du jour !

1 – Je renoncerais à mon abonnement internet pendant un mois pour une première édition de ce livre dédicacée par l’auteur.

Comme Cindy : no way. Je ne renoncerai jamais à mon abonnement Internet pendant un mois : c'est mon outil de travail, mon moyen de communication avec la plupart de mes copines (et la famille) qui habitent loin, mon moyen de me tenir informée.
Ou alors, je triche et je pars à l'autre bout du monde pendant un mois. 
Mais sinon, j'adorerais rencontrer (et avoir une dédicace de) Suzanne Collins.

2 – Je renoncerais aux pizzas pendant un an si je pouvais être assise aux côtés de cet auteur pendant un vol longue distance.

Ah, ben, même réponse, en fait, vu que la rencontre m'intéresse plus que la dédicace (j'aime les dédicaces, mais comme des souvenirs de rencontres, pas comme des objets de collection). 

3 – Je me coltinerais des milliers d’heures de pub si cela assurait l’adaptation cinématographique de ce livre par Hollywood.

Biiiiiiii je détessste les pubs. Je ne regarde presque plus la télé ni n'écoute la radio à cause des pubs. Mon cerveau a même acquis une capacité très pratique à se déconnecter pendant les pubs si jamais je regarde quand même la télé.

Mais je serais capable d'allumer la télé sur une chaîne de pubs et de la laisser tourner en mode silencieux pendant des heures si on me proposait une adaptation de Coda d'Emma Trevayne en échange, je pense que le roman le mérite vraiment et rendrait super bien. 

4 – Je ne lirais jamais plus de nouveau livre si je pouvais vivre dans le monde de celui-ci.

Ah mais non ! Je n'ai jamais voulu vivre dans un livre, moi, c'est souvent très dangereux, pas confortable du tout et même si y'a des trucs chouettes, je suis trop attachée à mon confort et mon quotidien pour y renoncer. Je voudrais bien adopter les petits animaux mignons de Miyazaki et visiter le pays des Totoro, par contre (OK, c'est pas un livre, mais je décrète que ça compte quand même), ou avoir juste un peu de magie et des paysages féériques comme ceux des elfes du Seigneur des anneaux.

5 – Je laisserai volontiers mon historique Google être dévoilé publiquement si je pouvais être meilleur(e) ami(e) avec cet auteur.

Je ne laisserai jamais mon historique Google être dévoilé publiquement. Non que j'aie des choses à cacher, mais je me bats pour les libertés individuelles et le droit d'avoir une vie privée (même pas intéressante) en est une. Donc, par principe, je refuserais. Si vous lisez Play Your Life, vous comprendrez vite pourquoi !
Et puis, ça ne correspond pas à mon concept de l'amitié ;-) Joker !

6 – Je donnerais tout ce que je possède à Emmaüs si je pouvais sortir avec ce personnage dans la vraie vie.

Non merci :) J'adore lire, hein, et écrire aussi, c'est mon job et ma passion. Mais je suis adepte du "Seize the day", qui nous dit de profiter de la vie (la vraie) tant qu'elle est là, de vivre chaque jour à fond. Lire pour mieux regarder le monde et me rappeler que je dois chérir ce qui m'entoure, oui ; lire pour m'évader et tomber amoureuse d'un personnage de roman qui restera toujours évanescent, non.
Je garde donc mon Prince ;)

(Mais si vous voulez vraiment une réponse, la relation entre Ivy et Bishop est justement de celles qui font battre mon coeur plus fort et me blottir contre mon Prince avec un sourire tendre.)


Pfiou, il était dur, j'ai pas mal biaisé ^^ 
Je vais tagguer en retour Flora Lupin, La bulle de Coco et Nadia Coste !