vendredi 13 juin 2014

Travailler à la maison... une sinécure ?

Aujourd'hui, je m'éloigne un peu des questions d'écriture pour évoquer un aspect plus général de la vie de l'écrivain - et du travailleur indépendant en général, d'ailleurs, car c'est autant de mes missions d'éditrice que de mon travail d'auteur qu'on va parler ici.
J'ai nommé : le fait de travailler à la maison.

Au long débat travailler chez soi/travailler en entreprise, j'ai envie d'apporter ma petite pierre. 
J'ai toujours pensé que je serais malheureuse à travailler chez moi toute la journée, que j'avais besoin d'interactions sociales, de collègues avec qui échanger pour apprendre tous les jours, etc. Je n'avais pas tout à fait tort. Mais je ne suis pas malheureuse pour autant ; j'ai trouvé, dans le travail à la maison, un nouvel équilibre qui a ses avantages.

A mon sens, tout est une question de rythme de vie.
Travailler chez soi, c'est avant tout ne pas avoir de transports pour aller au travail (et donc gagner un temps non négligeable sur la journée), être chez soi quand on a besoin de se faire livrer un colis ou de réparer la chaudière, pouvoir aller chez le médecin facilement quand on en a besoin et éviter les longues queues au supermarché si on s'organise pour y aller en journée, travailler sur le balcon quand il fait beau et profiter du soleil.
Tout ça est important pour moi : j'aime ma liberté et la simplicité d'effectuer toutes ces tâches, qui n'ont l'air de rien mais qui peuvent devenir problématiques quand on rentre chez soi à l'heure où les magasins et les médecins ferment leurs portes.



Mais il y a plus encore. Travailler chez moi, ça veut dire pouvoir trouver les rythme qui me correspond le mieux, et vivre en respectant mon cycle naturel. Moi, qui ai besoin de 8 à 9h de sommeil par nuit pour être au top de mes capacités, je peux me permettre de me lever plus tard et de finir plus tard le soir, parce que c'est comme ça que je travaille le mieux. En cas de grosse fatigue, je peux si besoin dormir deux heures de plus le matin, que je rattraperai sur ma pause déjeuner ou le soir, quand je suis plus efficace (je suis un oiseau de nuit, pas du matin !). Cette possibilité est essentielle. J'y gagne en sérénité, en repos : je dors mieux, car j'arrête de paniquer en songeant à l'heure où mon réveil sonnera le lendemain quand j'ai une insomnie ; je suis plus efficace, car je peux adapter mon travail en fonction de mes performances (typiquement, je suis plus efficace en début d'après-midi que le matin, par exemple) ; et la souplesse de mon emploi du temps me permet de faire plus de choses sur un coup de tête, je gagne aussi en spontanéité. Bref : il y a de nombreux avantages !





En contrepartie, quand on travaille chez soi, on est souvent considéré comme corvéable à merci. Il arrive régulièrement qu'on reçoive du travaille le vendredi soir pour le lundi matin, ou tard le soir pour le lendemain matin. Et, non, on n'est pas payés plus dans ces cas-là. Puisqu'on est toujours dans notre bureau, ça ne gêne personne, n'est-ce pas ? On peut bien sûr refuser, mais c'est au risque que le client ne fasse plus appel à nous à l'avenir. A nous de gérer pour garder nos clients et respecter nos jours de repos. De même, on peut recevoir des tonnes de boulot de plein de clients différents en même temps sans pouvoir se permettre de refuser (et donc, croûler sous le travail) et, le mois d'après, n'avoir presque rien. Bonjour pour organiser ses finances.
Car travailler chez soi, c'est avant tout faire preuve de volonté. Pour se motiver à travailler et respecter les délais sans tout faire à la dernière minute dans la panique, bien sûr ; personnellement, cela ne m'a jamais posé de problème. Mais il y a aussi la tendance inverse : il faut trouver la volonté de se reposer, la force de refuser parfois du travail, et de prendre un weekend même quand on a du boulot par-dessus la tête et que ça nous arrangerait bien d'avancer un peu samedi ou dimanche, pour être plus tranquille lundi. 



Il faut savoir s'arrêter quand on n'en peut plus, négocier des délais en dernier recours, s'organiser pour finir le travail tout en gardant des plages de repos. C'est une lutte de tous les jours. Et elle n'est pas simple, cette lutte ; car notre chez nous, notre bulle de repos, devient aussi notre environnement de travail. Quand j'ai fini ma journée, je ne ferme pas la porte d'un bureau, je ne sors pas pour retrouver mon chez moi : je reste sur mon ordi, sur mon fauteuil, ou bien dans la même pièce. La coupure, je dois la faire moi-même, mentalement, et quand le boulot est prenant c'est parfois très difficile de résister à la tentation de lire les mails de boulot qui arrivent à minuit, ou le weekend, ou... Bref : on a toujours quelque chose pour nous rappeler le travail, et je mets parfois longtemps à en émerger, le soir.
Une solution serait d'avoir une pièce spécifique dans la maison, avec un ordinateur spécifique pour le travail, qu'on quitterait à la fin de la journée ; encore faut-il en avoir les moyens. De même pour le coworking qui, en outre, rajoute les transports que je suis si heureuse d'éviter. 





Il y a bien sûr la question de la solitude. Oui, on est seuls chez soi. J'ai pourtant beaucoup d'interactions sociales pendant la journée : j'échange des dizaines de mails avec mes collègues, éditeurs et amis, des coups de téléphone, etc. Donc, j'apprends et continue d'apprendre des autres, ce qui était une de mes craintes. Cela ne m'empêche pas de me sentir parfois très seule. Quand, au bout d'une semaine, je me rends compte que je suis à peine sortie de chez moi, j'ai l'impression d'être une véritable ermite, et j'ai un besoin irrésistible de sortir voir du monde - qui, lui, travaille dehors en semaine, et a parfois plus envie de se retrouver tranquille chez lui le weekend. J'ai appris - j'apprends toujours - à m'organiser des activités, même courtes, hors de chez moi, qui me forcent à sortir même quand j'ai la flemme ou plein de boulot, parce que ce n'est définitivement pas sain de rester seul enfermé toute la journée, toute la semaine. En tout cas, pas pour moi.



Travailler chez soi, ça peut donc être très bien, mais il faut lutter en permanence contre soi-même pour éviter de tomber dans certains travers, et apprendre à gérer les imprévus sans angoisser. Il faut apprendre à nous connaître nous-mêmes, nos forces et nos faiblesses, et composer avec pour garder un rythme de vie sain, nos clients, et tout rendre à temps. Pas facile-facile... mais ça a ses avantages !

Et vous, comment vous gérez le boulot à la maison ?


7 commentaires:

  1. Un très bon article, qui aborde parfaitement cette façon de travail très souvent vue comme facile, mais qui en final peut se montrer parfois aussi contraignante qu'un travail à l'extérieur ! Lorsque je travaillais à domicile, j'avais l'avantage d'avoir des horaires imposés, puisque je faisais partie d'une équipe qui intervenait en direct, dans les jeux vidéos. Cela me permettait de garder une certaine rigueur de travail, parfois même de faire autre chose à côté durant les temps morts, mais cette contrainte m'empêchait de profiter de ce si grand avantage que tu mentionnes, celui de pouvoir se lever à l'heure que l'on veut ! Lorsque je suis passée à la traduction, plus d'horaires sauf les miens, et j'ai pu enfin en profiter :)
    J'aimerais beaucoup retravailler chez moi, à terme, mais je pense désormais, après avoir testé par deux fois, que je garderai un petit temps partiel à côté, justement pour pouvoir voir du monde, sortir un peu la tête de mon ordinateur. Je n'arrive pas à m'y "obliger" en travaillant ! Mais cela voudrait dire travailler moins sur mes tâches à domicile, donc un peu dommage aussi :)
    (Désolée, je me suis un peu étendue, mais le sujet m'interpellait ! ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Et désolée pour les fautes, j'aurais mieux fait de me relire... ;) )

      Supprimer
    2. Merci pour ton message, ça me fait plaisir de voir que ça suscite des réactions !
      Effectivement, c'est important de se garder des activités (travail ou pas) à l'extérieur, sinon on devient dingue ^^
      Je croise pour que tes projets se concrétisent !

      Supprimer
  2. Je plussoie encore une fois, ce petit billet et très intéressant (d'autant plus qu'il donne un aperçu précieux de ce qui pourrait être mon avenir... roulements de tambour) !

    Je trouve que tu pointes parfaitement les avantages comme les défauts de travailler chez soi, à savoir, l'absence des transports (joiiiiiiiie !), et le fait de ne pas pouvoir faire la distinction entre travail et maison sans oublier le fait de rester cloîtré chez soi. La panacée serait bien sûr d'avoir un petit bureau cloisonné, en effet, mais ce n'est pas toujours facile, d'un point de vue pratique ou financier. En tout cas, je comprends tout à fait que tu aies du mal à décrocher le soir et le week-end, surtout si tes mails sont à portée de main, c'est toujours tentant... Je sais que je serais dans le même cas à ta place, et je pense que c'est normal, la plupart des éditeurs avec qui j'ai travaillé regardent leurs mails le week-end, et pourtant, ils vont au bureau le reste de la semaine. Ce doit être une déformation professionnelle, dans un contexte où tout se passe dans l'urgence, et où il faut être toujours réactif, coûte que coûte.
    Enfin, pour ma part, je pense que je préférerais tout de même aller au bureau pour pouvoir claquer la porte à la fin de la journée et me mettre en mode "repos" une fois à la maison. Mais il est certain que travailler à domicile comporte de nombreux avantages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. *est
      Décidément, tes lectrices devraient plus se relire avant de poster, grrrr. (En plus, je panique toujours quand je me rends compte que j'ai fait une bourde d'inattention chez toi, je me dis : "Oh mon Dieu, mais elle est auteure ET éditrice, que va-t-elle penser de moi ?!")

      Supprimer
    2. Ha ha ! Tu rigoles ? Je laisse des fautes de frappe dans mes articles, (shame on me), je ne vais pas jeter la pierre ^^
      Je suis contente que cet article puisse être utile. En fait, il faut juste trouver le juste milieu entre rigueur de vie (qui est importante pour être efficace à mon avis) et souplesse de l'emploi du temps (qui est quand même super avantageuse).
      Et avoir ses petits trucs pour décompresser le soir et échapper au boulot !
      En tout cas, j'étais ravie de te revoir hier, et je croise pour que ton avenir soit tel que tu l'envisages ! <3

      Supprimer
  3. Un article plein de sagesse. Je suis vraiment d’accord avec la conclusion de l’article : travailler à la maison a ses avantages ! J’aurais du mal à procéder autrement, désormais...

    RépondreSupprimer