jeudi 27 mars 2014

Quand l'auteur va sur un salon du livre

Le weekend dernier se tenait le salon du livre de Paris, où j'étais en dédicace pour la première fois. Bientôt, il y aura aussi le festival Zone Franche à Bagneux, puis les Imaginales à Epinal.

Aller dédicacer sur un salon est une expérience très particulière, à des lieues de ce qu'on imagine d'un écrivain perché dans sa tour d'ivoire, puisqu'il s'agit au contraire de se montrer au public, de discuter avec des lecteurs, voire d'essayer d'en attirer d'autres (après tout, on y va aussi pour permettre au roman de trouver un autre public). Pour quelques heures, on se transforme donc en personnage public, plus ou moins naturellement, avec plus ou moins d'aisance selon les personnalités.

Voyons comment s'établit la transformation :



1. Le retour au réel
L'auteur lève le nez de son roman et de sa routine, constate que la poussière a continué de s'accumuler autour de lui, que le creux dans son fauteuil s'est approfondi et que le chat meurt de faim. Il se rappelle vaguement qu'il doit faire quelque chose ce weekend, mais quoi ?


Rester là et me gratouiller le ventre !


2. La communication pré-salon
Heureusement, les réseaux sociaux sont là pour lui rappeler qu'il est de salon. L'auteur relaie les infos, tente vaguement de savoir qui il doit aller voir tout en sachant qu'il en manquera la moitié, et essaie vainement de penser à tout ce qu'il doit emporter et signaler alors que ses personnages continuent de l'appeler à grands cris. Le chat aussi, d'ailleurs.


La com-mu-ni-ca-tion. C'est la clé.


3. Le choix de la tenue
Qu'il soit costumé, habillé classe, à l'arrache ou comme tous les jours, le choix de la tenue est toujours important. Elle participe à l'image que l'auteur va dégager et influera beaucoup sur son capital sympathie, très important (qui a envie d'échanger avec un auteur hyper désagréable ?). L'auteur sort donc le chat du panier à linge, choisit sa tenue "de salon", ou ses tenues quand le salon dure sur plusieurs jours, en essayant de garder le même type d'image et d'être bien dans ses baskets (ou ses bottines à talons aiguilles). Quand il veut se faire plaisir, il en profite aussi pour mettre ses jolis vêtements qu'il ne peut pas porter tous les jours, mais se demande toujours si ça ne fera pas "trop" ou "bizarre" ou "allumé" ou... Bref : se déguiser en auteur, c'est pas toujours simple.

Tu ne me vois pas... tu ne me vois pas... tu ne me vois pas...

4. La transformation physique
L'auteur a sa tenue ; il faut maintenant le corps qui va avec. On se récure, on se maquille, on se vernit les ongles, on se coiffe, on se fait une coloration... ou pas, mais là encore, après avoir mis le costume, c'est le masque d'auteur qu'on enfile. Plus ou moins naturel, plus ou moins proche du vrai visage : nous voilà désormais transformés en personnage public qui dégage une certaine image, celle que l'on s'est choisie, du moins en partie. Il n'y a que les poils de chat répandus partout sur les vêtements qui rappellent l'écrivain au travail. 

Ce halo de lumière me sied à merveille, vous ne trouvez pas ?


5. L'arrivée
L'auteur, qui a laissé chez lui un chat boudeur prêt à dormir toute la journée pour mieux se venger le soir, arrive au salon. Il se mêle à la foule, se sent comme elle pendant quelques instants, puis réalise que bientôt ce sera lui derrière la table, comme tous ceux qu'il admire. Moment de fierté. Ou de panique, au choix. Voire de lassitude, s'il a eu des mauvaises expériences.
Et puis il est là, il se glisse derrière un stand, dit bonjour, oublie où il est quelques secondes, jusqu'au moment fatidique où il doit s'asseoir sur sa chaise et sourire au lecteur qui attend.

Coucou, toi. Tu veux être mon copain ?


6. Le doute perpétuel
L'auteur passe et repasse les mêmes questions dans sa tête. Est-ce que je parais abordable ? Est-ce que mon pitch donne envie ? Est-ce que j'en fais trop ? Ou pas assez ? Est-ce que mon chat est en train de saccager mon appartement ? Est-ce que le type qui regarde bizarrement, là-bas, est intéressé par mon livre ou est encore un de ces êtres étranges qu'on ne trouve qu'en salon ?
En attendant de trouver les réponses, il sourit, il pitche, il discute, et même que des fois, il signe, un peu, beaucoup ou pas du tout. Dans les creux, il discute avec les voisins pour ne pas paraître désoeuvré. Ou il essaie.

Je l'appelle, je l'appelle pas... ? 


7. Les surprises
Il y a toujours des surprises en salon. Des bonnes ou des mauvaises, c'est selon. Souvent un peu des deux. Un lecteur qui vient avec un bouquin tout corné en disant qu'il l'a lu des dizaines de fois et en le serrant sur son coeur *moment d'émotion*, un autre qui est tellement ému de nous voir qu'il est tout timide *c'est vraiment moi qui fais cet effet-là ?*, un autre qui passe son temps à râler que ce qu'on fait est nul mais revient toujours nous voir *tu as tant de temps à perdre que ça ?*, un autre qui dit qu'on ferait mieux d'écrire autre chose (sans avoir rien lu de nous) *soupir*... 

Surpriiiise !


8. Post salon
L'auteur dit au revoir, réalise qu'il a manqué la moitié des personnes qu'il voulait voir, se dépêche de rentrer chez lui parce qu'il est épuisé, se dit que c'était génial mais plus jamais, non, plus jamais on ne l'y reprendra. Il sort le chat de la commode où il a réussi à se coincer pendant son absence, lui fait un gros câlin pour se faire pardonner d'être parti si longtemps, et dort pendant 24 heures (ou au moins 4 ou 5 d'affilée, ce qui n'est déjà pas si mal quand il doit travailler la journée et écrire la nuit, en plus de sourire le weekend).
Et après avoir repris sa routine et retrouvé les personnages qui ont profité de son absence pour faire des tas de bêtises (le chat a dû trouver un moyen de les influencer), il a déjà hâte d'être au salon suivant...

Alors, c'est quand Zone Franche, hein, dis, c'est quand ?

12 commentaires:

  1. Eh bien, quel marathon ! XD
    Bravo en tous cas ! Sus aux personnages, et vivement Zone Franche \o/
    (Et tu as un très joli chat)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pas de tout repos, mais c'est génial !
      Vivement ZF, comme tu dis :) (Même si le matou en question ne devrait pas trop être d'accord ^^)

      Supprimer
  2. Elle est trop chouuuuuuuuuu. Oui c'est tout ce que j'ai retenu ^^... non mais c'est vrai que c'est difficile : il y a le bruit, la foule qui va et vient, etc. c'est très fatiguant mais en même temps, je vois que tu en as bien profité et que tu as passé un bon moment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ça ne m'étonne pas ? ^^
      Oui, c'était vraiment génial, même s'il me faut une semaine pour m'en remettre -_- (Oui, parce que j'ai omis le passage où, à la sortie du salon, on va faire la fête avec les copines auteures qui viennent pour l'occasion... *sifflote*

      Supprimer
  3. Extra cet article sur ton expérience en dédicace ! J'imagine sans mal les prises de tête pour se préparer à passer derrière la table.
    Les illustrations félines sont chouettes, j'adore la dernière photo qui invite pour la suite !
    (ZF, c'est dans 8 jours, iiiiik ! déjà !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hiiiiii ! ^^

      Oui, j'adore cette photo aussi, j'ai galéré à la prendre (j'agitais une friandise sous son nez en essayant de prendre la photo pendant qu'elle essayait de l'attraper, c'était folklo ! ^^). On voit bien son air mutin, pour une fois, elle ne fait pas semblant d'être toujours sage !

      Contente que l'article te plaise (aussi) ^^

      Supprimer
  4. Très chouette article ! Avec humour, c'est super !
    Et minou est tip top ! ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. Héhé... Bientôt ton tour captain !

      Supprimer
  6. Rah oui, c'est rigolo comme nos articles se répondent !
    Je dois dire que si j'étais auteure en dédicace, je serais en panique perpétuelle... Mais je vois que l'expérience a été plaisante ! :D
    Ahhh, c'est tout à fait vrai pour les vêtements d'auteur, je dois dire qu'en tant que lectrice, c'est important et j'y fais toujours attention. Personnellement, j'aime bien quand les auteurs font un effort et essaient d'être originaux mais je peux comprendre que d'autres aient envie d'être à l'aise pour cette rude journée. Mais ça compte, l'air de rien ! (Tu as dû y réfléchir trois heures, non ?)
    Ce doit être tellement magique de voir un lecteur avec un livre tout abîmé d'amour, en effet ! Et je ne sais pas comment tu parviens à te vendre, je serais tellement timide à ta place...
    Enfin, je suis tout à fait d'accord sur les gens bizarres dans les salons, c'est vraiment curieux, mais il y a toujours de drôles d'énergumènes. Mystère à éclaircir.
    Et j'adooooore le chat. On va vraiment bien s'entendre. :D

    PS : J'ai officiellement mon billet de train pour les Imaginales, je viendrai donc t'enquiquiner de l'autre côté de ta table, héhéhé. Et je scruterai tes vêtements, mouhahahah.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ici ! ^^
      Pour "me vendre", j'ai eu l'expérience de "vendre les autres" et "voir les autres se vendre" avant, ça aide. Je dois dire que le fait d'enfiler mon costume d'auteur aide à me détacher, j'ai beaucoup plus de mal quand on me prend par surprise ^^
      Ah ah, pour la tenue... J'en ai une facile (une robe que j'ai achetée exprès pour les salons), mais c'est vrai que dès qu'il y a un jour en plus, c'est la grande question :) J'essaie d'allier confort et truc un peu classe. Pas toujours facile !
      Coool pour les Imaginales ! En plus, j'aurai une tenue spéciale (que je testerai à Zone Franche avant), on verra si elle te plaira... ^^ Tu me diras !
      Mon matou te remercie du compliment ! J'avais pas mon tampon chat la dernière fois que je t'ai vue, mais si tu veux apporter un marque-page ou n'importe quoi aux Imaginales, je t'en ferai un, je suis sûre qu'il va te plaire ^^
      Hâte de te voir !

      Supprimer