mardi 4 mars 2014

Du style

Dans un article datant d'il y a quelques semaines, ma très chère Silène Edgar évoquait la notion de style. Je vous invite très fortement à le lire : il est tout bonnement passionnant.

Voici un extrait qui m'a marquée plus particulièrement :

Je pense qu'on peut imiter le style des autres mais pas en "inventer" un, si ce n'est en écrivant encore et encore, en travaillant et en vivant pleinement jusqu'à ce qu'on soit "au seuil de la puissance et de la magie". Il ne s'agit pas non plus d'un don du ciel ou d'une quelconque puissance mystérieuse. Je ne suis pas en train de parler d'une mystique naissance du talent, qui ferait que les auteurs sont des élus, et qu'en dehors de ce don, il n'y aurait point de salut. (...)
Non, ce qui est magique dans le style n'est pas son origine, c'est sa matière, qui est comme du feu, qu'on voit sans pouvoir l'attraper. Présence bien réelle et pourtant incroyable, constamment mouvante. 


Le style est une notion sur laquelle je m'interroge depuis fort longtemps. Et puisque Silène a défini ce qui, à mon sens, représente l'essence même du style, ce qu'il est profondément, j'ai envie d'y aller de ma petite graine et de vous apporter le fruit de mes propres réflexions, plus terre-à-terres, avec quelques conseils pour le travailler, sans doute évidents mais qu'il ne peut pas faire de mal de rappeler.

1. Votre style est votre voix. Ce qui vous rend unique.
C'est votre façon de parler, de choisir vos mots, mais aussi l'endroit où vous allez faire des pauses, où vous allez appuyer sur un mot en particulier, le ton que vous allez employer, ce qu'on pourra lire entre vos paroles... C'est tout un assortiment de choses extrêmement complexes qu'on ne maîtrise pas tout à fait, tant elles font partie de nous, et évoluent avec nous.
Pour trouver votre style, inutile, donc, de chercher à imiter les autres (bien que cela puisse être salutaire pour d'autres raisons) : cela reviendrait à imiter l'accent du voisin en espérant que cela améliorera peut-être notre façon de parler. Et, bien sûr, cela sonne faux, surfait, et donc maladroit ; tout l'inverse de ce que vous espériez.

2. Votre style est complexe, pas compliqué.
C'est-à-dire que ce n'est pas en cherchant à faire des effets de style, des phrases extrêmement longues et des figures de style à n'en plus finir que vous parviendrez à trouver votre voix. Vous donnerez simplement l'impression de vous écouter parler. Pas question, non plus, de trop l'appauvrir par peur de se tromper. Faites-vous confiance. Vous trouverez vous-même votre juste milieu, celui qui vous semblera naturel ; moins vous vous forcerez, plus vite vous parviendrez à ce résultat. Du moins, lors du premier jet. Car un style, ça se travaille quand même.

3. Eliminez tous les bruits pendant les corrections.
Votre premier jet, c'est comme un enregistrement de votre voix à un moment donné. Après, il faut le travailler pour le rendre le plus accessible et évident possible. Pour obtenir le son le plus pur. Tentez de prendre du recul (avec un lecteur extérieur si possible) pour en comprendre les forces et les faiblesses, puis travaillez à souligner vos points points forts tout en éliminant les scories qui les noient. Une jolie phrase est noyée au milieu de deux autres plus banales qui disent la même chose ? Ne gardez que la jolie phrase. Vous avez six idées géniales dans la même phrase ? Coupez-la, et donnez à chacune de ces idées la chance de marquer le lecteur, sans être gênée par les autres. Vous avez une expression fétiche qui revient souvent ? N'en gardez qu'une seule. Soyez sans pitié. Et travaillez le texte amoureusement, comme vous poliriez un diamant.

4. Votre style est multiple.
Le style n'est jamais acquis. Il n'est jamais identique d'un roman à l'autre, doit s'adapter à l'intrigue, aux personnages, aux réflexions profondes de votre texte ; il doit s'adapter à votre "moi" auteur du moment. Par essence, il est fluctuant, et peut toujours être amélioré. Foi d'une auteure à qui on a souvent dit que le style était son point fort, et qui se retrouve toujours à buter dessus quand elle commence un nouveau roman. Le temps de trouver sa nouvelle voix.

5. Travaillez sans relâche.
Pas question de se reposer sur ses lauriers quand on a enfin trouvé sa voix : c'est en vous surpassant, en vous découvrant, en explorant de nouvelles voies, que vous parviendrez à renouveler votre style. Ne craignez pas de perdre la force qui vous est propre en en cherchant de nouvelles : votre voix est en vous, elle ne peut pas disparaître, seulement évoluer. Un exemple ? On me dit souvent que j'ai un style poétique, et j'en suis fière. Dans mes trois derniers romans, pourtant, j'avais l'impression d'avoir laissé cette poésie de côté pour travailler à mon efficacité, celle qui me fait souvent défaut. En me relisant, j'étais persuadée, un peu à regret, d'avoir perdu cela. Chaque fois, quelqu'un qui découvrait ma plume à travers les romans m'a dit : "c'est très poétique". Alors mon dernier conseil : n'utilisez pas vos forces comme des excuses pour faire du sur-place. Un peu d'aventure, que diable ! :)

Pour conclure, je rappelle tout de même que cette notion de style est hautement subjective, difficile à cerner, et que ces quelques conseils tirés de ma propre expérience ne s'appliqueront peut-être pas à tout le monde : la magie des arts n'est-elle pas, justement, que chacun y est libre de tracer la voie qu'il s'est choisie ?





3 commentaires:

  1. "Le style n'est jamais acquis »

    Je suis bien d’accord ! D’ailleurs, c’est intéressant ce que tu écris sur la poésie. Je suis toujours tiraillé entre le style et ce que tu appelles « l’efficacité", je crois que chacun doit trouver son équilibre (car il m’est arrivé de lire des romans si bien écrits, si aériens qu’ils en devenaient hermétiques…). Pas simple...

    RépondreSupprimer
  2. La meilleure part de la biographie d'un écrivain, ce n'est pas le compte-rendu de ses aventures, c'est l'histoire de son style. Nabokov, Intransigeances, p 170
    Cet auteur me fournit un recueil permanent de citations adapté à chaque conversation que nous avons, n'est-ce pas merveilleux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, tu m'as déjà convaincue de le lire, hein ? ^^
      <3 J'adore la citation (encore).

      Supprimer