vendredi 17 janvier 2014

Des livres et du thé #1

Bonjour à tous, et bienvenue dans ce nouveau rendez-vous du blog : Des livres et du thé. Le principe est simple : je reprendrai les chroniques que j'effectue pour Callioprofs (ou, si j'ai du temps, j'en écrirai parfois de nouvelles), et les assortirai d'un choix de thé à déguster pour savourer cette lecture.

Pourquoi ? Hé bien, je ne lis jamais sans une bonne tasse de thé, et je sais de source sûre que je ne suis pas la seule. ;-) Mais c'est important de choisir le bon thé, cela peut rendre la lecture encore plus savoureuse. Les effluves qui s'élèvent de la tasse participent à nous emmener dans le monde de l'auteur, à nous envoûter... et à nous dépayser !

Voici donc la première chronique.




Porcelaine, Estelle Faye







Résumé de la quatrième
Chine, vers l’an 200. Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son cœur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans. Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu’une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son cœur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l’ombre contre leur bonheur. Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre.

Mon avis
Porcelaine d'Estelle Faye ne se dévore pas : il se savoure. Le style est fin et délicat comme les broderies de la tisseuse du roman, mais aussi très fluide, et pas dénué de simplicité. Le roman commence doucement, comme un conte asiatique qui prend le temps de nous présenter le personnage, d’en décrire les nuances. Mais, progressivement, c’est l’action qui prend sa place, accélère le rythme du récit dans un souffle haletant, jusqu'à sortir de l'histoire pour nous accompagner bien après qu'on a refermé le livre.
Le monde du théâtre et les croyances de la vieille Asie sont palpables, on en perçoit les différentes facettes, de la pauvreté extrême au luxe éphémère, en passant par cet attrait irrésistible que la scène peut exercer pour ses comédiens. Ils sont le décor d’une histoire d’amour nuancée, loin de l’idylle un peu clichée qu’on rencontre souvent, mais au contraire très réaliste, emplie de doutes et de joies aussi intenses les uns que les autres.
Si j’ai un reproche à faire, il ira au personnage principal, ce garçon-tigre dont j’aurais voulu sentir plus souvent la force à la fois fascinante et effrayante, l’odorat développé, le goût pour la chair animale. Sa félinité est présente, mais effleurée, alors qu’elle aurait pu apporter un plus à cet univers déjà si fort. Mais la fée aux yeux de jade et la tisseuse, deux jeunes femmes au caractère fort et nuancé, apportent au tigre la vigueur qui lui manque.
Un roman idéal pour plonger dans la Chine des temps anciens, s’immerger dans les légendes remplies des mystérieuses créatures qui caractérisent l'imaginaire asiatique, et vibrer avec l'adolescent au visage de tigre.

Pour l'accompagner
Un thé au jasmin, subtil et parfumé, vous accompagnera parfaitement dans la Chine de l'an 200 et ses mystères. 
Mon conseil : 
Le thé Grand Jasmin Chun Feng du Palais des Thé : un thé vert chinois (forcément), à a couleur jaune orangée qui n'est pas sans rappeler la couverture du roman, et dont la saveur sucrée vous accompagnera pendant les moments les plus difficiles, et sublimera la douceur du style d'Estelle Faye.

Temps d'infusion : 3 min
Dosage : 6 g pour 30 cl de thé
Pour : toute la journée
Bien rincer à l'eau froide avant de laisser infuser, pour éviter l'amertume de ce thé corsé.




1 commentaire:

  1. Tu confirmes tout le bien que j’ai entendu de Porcelaine, il faut que je lise ce roman un jour !

    RépondreSupprimer