jeudi 16 janvier 2014

Compte-rendu de la discussion du 13 janvier

Cindy a eu la bonne idée de faire sur son blog un petit florilège de nos réponses à vos questions sur FB (pour ceux qui n'auraient pas suivi : lundi, Cindy et moi avons organisé une discussion Facebookienne où vous aviez le droit de poser toutes vos questions - hé oui, vous avez manqué un grand moment ! Mais pas de panique, je vous fais une séance de rattrapage.)


Je vous le remets ici, en modifiant très légèrement à ma sauce ! ;-)

Avouez qu'elle a du chic notre bannière !
Avouez qu’elle a du chic notre bannière !
On commence par une question de C. Duquenne sur un éventuel projet commun…
Q : Envisagez-vous un de ces 4 un… texte à 4 mains ? 
Agnès: Uh uh uh, question piège ^^ Disons que la question a déjà été évoquée. Plusieurs fois. Et même qu’on a une idée en tête. Mais on a aussi plein de projets chacune de notre côté, alors il va falloir trouver un moyen de la faire entrer dans le planning !
 Cindy: Je confirme, la question a déjà été évoquée (et ça partait d’un gros délire de ma part… Comme quoi les délires peuvent donner lieu à des choses sérieuses ^^ ) Si cela se fait… Vous nous en direz des nouvelles!
 Une question pour Cindy seulement, de la part d’A. Rossi
Q : Après une série comme les Outrepasseurs, qu’est-ce qu’on écrit ?
R: Tout plein de choses! Si tu crois que la Muse est en panne hein… elle a plein d’idées. Mais sinon ce sera priorité à la suite du Serpentaire, vu que je l’ai promise!
 Une question pour moi, de la part de Silène
Q : Tu as le droit de parler de ton actualité de publication 2014 ?
 R : Pour ce que je sais : oui ! Deux romans à paraître si tout va bien : La Couleur de l’aube aux éditions Armada, et Le Secret des Bois-Noirs (dont je tairai l’éditeur pour le moment).
 (Mouahaha. Vous n'avez même pas saisi l'occasion pour me soutirer des infos secrètes. Tant pis, c'est trop tard ! ^^ )
Ma question pour Cindy :
Q : Est-ce que tu appréhendes les premières rencontres avec tes lecteurs ?
 R : Oui, et en même temps, ça fait partie du job! Recevoir un avis en direct, si celui-ci est mitigé ou négatif, c’est comme ça, ce sont les règles du jeu. Discuter avec les lecteurs aussi (et pour l’avoir déjà vécu, j’ai adoré cette expérience!)
Comme je suis une incorrigible curieuse, j'ai poursuivi :
Merci ! Et ça te fait quoi de te dire “je suis un auteur” ? Genre, pour de vrai ? Pas juste dans tes rêves ou pour faire semblant ?
 R : C’est complètement grisant. Savoir qu’un éditeur te fait confiance, savoir que ton texte va peut-être trouver son public, ça t’offre des moments géniaux. Encore plus quand tu peux tenir le roman en mains. Bien sûr, c’est source de stress également (enfin pour ma part): se demander si le roman va être lu, comment il va être reçu… Mais comme je le disais plus haut, ça fait partie du jeu. C’est ce que j’expose aussi dans un article récent sur mon blog, il faut savoir lâcher prise et ce n’est pas toujours facile. D’ailleurs, je serais curieuse d’avoir les avis d’autres auteurs – n’est-ce pas les amis poseurs de questions! – à ce sujet…
(Moi aussi, j'attends, n'hésitez pas à témoigner en commentaire !) 
 Une question pour moi de la part d’A. Rossi:
Q : Tu as commencé à faire des salons cette année, comment as-tu vécu cette expérience ?
 R : Question intéressante ! Pour le moment, j’en ai fait assez peu du côté “auteur”. Ce n’est pas une expérience totalement nouvelle dans le sens où j’en avais fait plusieurs côté “éditeur”, donc je m’attendais déjà aux longues heures à attendre que les gens passent devant la table sans s’arrêter… Mais j’ai eu de la chance, ce n’est pas encore arrivé ! Les premières fois, j’ai eu du mal à sortir mon speech (que j’avais préparé à l’avance, un peu ^^), mais c’est finalement venu assez vite, c’est l’avantage d’avoir l’habitude de vendre les romans des autres. J’ai adoré ces moments de rencontres avec les lecteurs et futurs lecteurs, découvrir comment le roman attire, quels sont ceux qui s’arrêtent pour le regarder, et discuter autour de mon travail. C’est aussi assez étrange de voir la déférence de certains, comme si on était quelqu’un d’important ^^
En tout cas, je n’en ferais pas tous les weekends (c’est quand même épuisant), mais je vais continuer à en faire de temps en temps, c’est toujours très enrichissant !
Une question pour nous deux de la part de C. Flaux
Q : Écrivez-vous plutôt au fil de la plume ou en vous basant sur un syno détaillé ?
Agnès : Bonne question ! J’avoue que je ne sais pas moi-même. J’ai écrit La Couleur de l’aube complètement au fil de la plume, DLCDM et Hoài avec une vague trame comportant un début, un milieu et une fin, et Play Your Life et Le Secret des Bois-Noirs avec des synopsis un peu détaillés – 2, 3 pages – (mais c’est parce que j’ai dû les montrer aux éditeurs avant de commencer à écrire). Je ne sais pas trop quelles méthodes je vais adopter la prochaine fois, ça dépendra du contexte et de l’inspiration je suppose. En tout cas, mes synos ne sont jamais en scène par scène, j’ai besoin de beaucoup de liberté quand j’écris, avec des chapitres qui s’insèrent, d’autres qui sont beaucoup plus courts que prévus, et des personnages qui surgissent sans prévenir… C’est ça qui m’éclate !
 Cindy :  Ah la tuile ! en vrai, je n’ai pas vraiment de méthode: j’ai de plus en plus tendance d’une part à établir un synopsis chapitre par chapitre, mais qui n’est pas exempt de remaniements au fil de l’écriture d’ailleurs. J’admire profondément les auteurs qui savent d’emblée combien de secs ils vont faire avec leur V1 ou qui n’ont presque pas de corrections à faire. Oui, c’est un peu le bordel chez moi…
 Et last but not least, une question de L. Syven pour clôturer ce florilège… Attention, préparez-vous à des révélations !
Q : Si vous deviez vous incarner en animal, lequel serait-ce?
Agnès :  Si j’ai le droit de choisir : le tigre, parce que c’est beau, c’est fascinant, et ça fait peur aussi, ça se laisse pas marcher sur les pieds ! Pis c’est trop classe !
Si c’est celui qui doit le plus correspondre à mon caractère, euh… Vous allez rire, mais… le chat. Parce que j’adore passer des heures allongée sur mon fauteuil, avec ma couverture chauffante (je vous jure, ce truc est une tuerie) et blottie contre mon amoureux ; mais j’ai aussi des quart d’heure de folie, je lâche jamais un projet une fois que j’ai décidé que j’aurais ce que je veux, et si on m’attaque, je crache et je sors les griffes. Approuvé ?
Cindy :  La colle ^^ Note, j’aime beaucoup le renard : furtif et rusé ^^
 (Pas vraiment surprenant si vous lisez les Outrepasseurs…)
Ce à quoi L. Syven a répondu:
Je m’en doutais  mais tu as de la lionne aussi, n’est-ce pas ?
 Et j'ai renchéri:
Je valide : une vraie lionne !
 (Cindy, je te vois lever les yeux au ciel. Mais si, je t'assure : c'est pas parce que tu as coupé ta crinière que je n'entends plus tes grognements quand tu es énervée !)
On espère que ce florilège vous a plu et vous encouragera à participer lors d’une prochaine discussion commune !


1 commentaire: