jeudi 8 août 2013

Private jokes et autres clins d'oeil

Dans mes romans, j'aime bien glisser des petites références que seuls les connaisseurs verront. Des petits clins d'oeil que, peut-être, personne ne remarquera, mais qui sont importants pour moi, comme autant d'hommages rendus à ce qui m'influence.

Il y en a de plusieurs sortes :

- Les références littéraires dissimulées : je décris la scène d'un roman que j'ai lu, je glisse une phrase qui m'a marquée, je nomme un personnage en l'honneur d'un autre...

C'est une façon pour moi de créer du lien entre l'auteur que je suis et toute la littérature qui m'a précédée. J'aime à penser que, à ma toute petite échelle, je m'inscris dans un "tout" hétéroclite rempli de petites merveilles et d'aberrations (à mes yeux, s'entend), une histoire littéraire qui était là bien avant moi, et qui se poursuivra bien après moi. C'est un moyen de dire que je ne suis qu'une goutte d'eau dans le vaste océan de la littérature. (Notez, pour les puristes, que je prends "littérature" au sens large de "romans". Loin de moi l'idée de me comparer à Hugo ou Rabelais !)

- Les clins d'oeil aux copains auteurs : je glisse, l'air de rien, une "private joke" à mes amis auteurs, en insérant le titre d'un de leur roman dans une phrase perdue au milieu des autres, en jouant sur un élément clé (comme les Moelleuses au chocolat de Silène, dont j'avais déjà parlé sur Facebook), ou par d'autres trouvailles que je m'amuse à varier selon les romans. 

Le sens est un peu différent à mes yeux, dans ces cas-là. D'abord, parce que j'ai la certitude que l'intéressé et quelques rares proches verront le clin d'oeil quand ils le liront (s'ils le lisent), ensuite parce que c'est autant un jeu qu'une envie de leur rendre hommage, à eux (pour toute l'aide qu'ils m'ont apportée d'une façon ou d'une autre) et à leurs écrits (parce que par un fabuleux hasard, j'aime vraiment ce que mes amis écrivent <3 ). 
Là, c'est plutôt une façon de dire : je suis une auteure, certes, mais je ne suis pas toute seule, et mes romans ne seraient pas les mêmes sans certains de mes proches. Ca rend mon roman plus vivant à mes yeux, plus ancré dans son temps de l'écriture aussi, ce qui me permet, à moi, de me souvenir de tous ceux qui l'ont accompagné.
Bon, et surtout, je dois dire que je m'amuse comme une petite folle à faire ce petit jeu de piste !

- Les grenouilles : si, si... Dans chacun de mes romans, vous trouverez une grenouille quelque part. Cherchez bien !

Cette fois, c'est très simple, c'est un petit hommage à mes compagnons de galère, au collectif à qui je dois beaucoup, et pas seulement pour mes écrits (souvenez-vous, j'en avais parlé ici : Ce que CoCyclics a fait pour moi).

- Les significations des noms de mes personnages : Mis à part pour La Couleur de l'aube,  tous les prénoms de mes personnages ont un sens. Je les prends souvent dans une langue étrangère, parfois dans un univers spécifique. Quoi qu'il en soit, je ne choisis jamais un nom au hasard : je tiens à ce que ce nom reflète la personnalité ou le rôle de mon personnage, comme s'il devait "l'habiter". 

C'est un clin d'oeil que je fais, euh... à moi-même, aux quelques (très) rares lecteurs qui comprendront spontanément du fait de leur culture propre, et à ceux que je mets dans la confidence (car parfois, cela rejoint les clins d'oeil littéraires ou les private jokes). 
Là, c'est plus personnel, parce que c'est important pour moi de sentir l'intégrité de mes personnages. Et parfois je me dis qu'un jour, peut-être, un lecteur un peu fou aura la fantaisie de rechercher ces noms dans un dictionnaire ou sur le Wiki des prénoms par pays, et peut-être que ça lui fera de belles surprises.

- Les références personnelles :  je ne m'étendrai pas dessus, parce qu'elles sont personnelles, justement. C'est quelque chose que je partage avec des amis proches qui ne font pas partie du monde de l'écriture, ou avec ma famille. On les retrouve un peu partout, elles sont très nombreuses, cachées au milieu du reste et en même temps évidentes pour qui me connaît bien, et connaît mon histoire. 

Je ne les écris pour personne (ou rarement), elles sont tout simplement ma source d'inspiration, celle qui me permet de sentir ce que peuvent ressentir mes personnages, d'imaginer leur évolution, leur réaction face à des évènements que je ne vivrai jamais. Je "transpose" des émotions réelles à des situations imaginaires, et parfois j'y insère, consciemment ou non, quelques éléments des situations réelles qui ont suscité ces émotions. Bref : j'écris !


Et vous ? Vous faites des références dans vos écrits ? 
Vous aimez en découvrir dans vos lectures ?


3 commentaires:

  1. Super intéressant comme article ! Je ne pensais pas que tu cogitais autant afin de glisser un tel nombre de clins d’œils, références et autres cachotteries dans tes textes. J'espère que j'en verrai quelques uns !
    (pour ma part, je n'en glisse pas autant, j'essaye juste de me choisir quelques symboles et de m'y tenir... en général en lien avec le titre ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Roanne !
      Je ne "cogite" pas vraiment, je m'amuse beaucoup, à vrai dire. Mais c'est vrai que certains de mes textes en sont truffés...
      Dans "De l'autre côté du mur", il y aura une petite aide à la fin, pour voir si tu as tout trouvé (du moins, pour les références littéraires et les noms de personnages) ;)
      Celles que tu devrais le plus remarquer sont dans "Hoài et le tigre" et dans "Le Secret des Bois-Noirs" (ex-Maison du Limousin), il faudra attendre un peu avant de chercher ! ;)
      Tu me diras !

      Supprimer
    2. Ok ! (la honte si je ne trouve pas... ^^)

      Supprimer