vendredi 7 juin 2013

A trois mois de la sortie...

Comment on se sent, à trois mois de la sortie de son premier roman ?

Passé le stress de l'attente, l'exultation du "oui", l'hystérie des semaines qui suivent, avec les premières discussions autour des corrections et de la couverture ; passé lesdites corrections, deux fois, qui obligent à se réapproprier le roman laissé de côté depuis plusieurs mois et renouvellent l'intérêt qu'on lui porte ; passé les hurlements de joie à la découverte de la couverture.... il y a quoi ?





Il y a l'attente, et l'impatience.
A trois mois, j'en suis là : le texte est terminé, j'ai envoyé mes remerciements et tout ce que je voulais y mettre. Mon éditeur l'a maquetté, mais je ne l'ai pas encore vu, et l'envoi du BAT est imminent. On arrive au moment où je n'ai plus aucun pouvoir sur ce qui va se passer, mais où je n'aurai pas encore les premiers retours de lecteurs pour réaliser que le roman est paru.
Nous commençons à faire la promotion, je découvre des retours d'inconnus sur mon pitch et ma couverture, des gens qui sont impatients de le lire alors qu'ils ne me connaissent ni d'Eve ni d'Adam... C'est à la fois très étrange (c'est vraiment de mon roman qu'on parle ?) et très stimulant (c'est vraiment de mon roman qu'on parle !). Fatalement, je fais le tour des blogs où il en est question. Je sais bien que ça ne m'avancera à rien mais, bon, on trompe son impatience comme on peut !

C'est aussi mon "coming out" au monde réel. Je veux dire, je n'ai jamais caché que j'écrivais, mais peu dans mon entourage savent que je le fais sérieusement, et la plupart ne savent pas trop ce que ça représente quand on n'est pas un auteur publié. A l'occasion de ce premier roman, j'ai choisi de prévenir certains de mes anciens amis, des professeurs qui m'ont marquée sur le plan de l'écriture et d'anciens maîtres de stages, ainsi que ma famille au sens large, de ma prochaine parution. Parce que je me disais que, si eux publiaient quelque chose, sortaient un disque ou je ne sais quoi d'autre, j'aurais été ravie de l'apprendre.
J'ai un peu hésité avant d'envoyer ce mail, mais je peux vous assurer que je ne le regrette pas une seconde. J'ai pu reprendre contact avec plusieurs de mes amis que j'avais perdus de vue (dont je pensais même qu'ils avaient changé d'adresse, mais j'ai tenté au cas où !), leur montrer une nouvelle facette de moi, de ce que je suis devenue. J'ai ainsi récolté plusieurs anecdotes que j'avais oubliées, des rédactions de collège dans mon salon en mangeant des Chocapic (avec les doigts !) aux poèmes écrits en seconde et montrés à mes professeurs (mais pourquoi j'ai fait ça ??? ^^), ou lors de fêtes de famille (bis !). 
Ces échanges sont comme un avant-goût de la sortie du roman, ils me font toucher du doigt l'idée que, ça y est, je vais publier mon premier livre. 

Il ne me reste qu'à attendre trois mois, que j'occupe en corrigeant et en écrivant d'autres projets en cours (plusieurs à la fois, je ne chôme pas !), et en croisant les doigts pour pouvoir vous annoncer bientôt des bonnes nouvelles.
Et je commence à affûter mon stylo à dédidaces ! (Si, si, j'en ai prévu un spécial, un violet à paillettes et un argenté, pour mettre plein de couleurs super kitsch !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire