samedi 6 octobre 2012

Quel Pokémon es-tu ? (3)





Acte #12 – Pour quelle histoire estimes-tu que tu as créé le meilleur univers ? 
La Couleur de l'aube, sans hésiter. Pour DLCDM, l'univers est assez simple et proche du nôtre, tandis que pour la Couleur, j'ai créé un univers "vivant", avec des villes comme méchantes et les éléments comme alliés. 

Acte #13 – Quelle est la culture, réelle ou fictive, au sujet de laquelle tu préfères écrire ? 
J'aime les contes en général, et je mélange les différentes cultures qui en ont écrit : contes africains, contes de fée ou contes orientaux. Sinon, je ne sais pas, c'est selon l'humeur.

Acte #14 – Comment établis-tu le plan de tes lieux lorsqu'il faut le faire ? Montre-nous des exemples ! 
Ca m'est arrivé à deux reprises : pour la Couleur, j'ai dû établir un plan selon le mouvement des villes - et pour DLCDM, les plans de l'intérieur du "monde", c'est-à-dire les locaux dans lesquels mes personnages sont confinés. 
Ce sont des plans simplistes qui me permettent juste de me mettre les idées en place pour ne pas me tromper lors des corrections. J'ai juste un exemple pour la Couleur, fait à l'arrache. J'ai presque honte de le montrer, mais soyons fous ^^


Voici comment j'ai procédé : j'ai mis sur le papier la façon dont j'imaginais mon monde (avec les villes en étoile, principalement), j'ai fait la même chose avec le premier déplacement effectif. Après, j'ai essayé de faire coller selon ce que j'avais déjà écrit pour les déplacements des villes et les besoins de déplacer toutes les villes à chaque fois. J'ai ajouté les déplacements de mes personnages pour être sûre que leurs humeurs correspondaient aux villes qui les influencent (celle dans laquelle ils sont + les deux voisines). 
Bref, rien de bien passionnant ^^ 

Acte #15 - Petite question à mi-parcours : parle-nous d'un auteur que tu admires, qu'il soit professionnel ou amateur. 
Francis Berthelot ! Il parle de thèmes forts et pas toujours faciles à aborder, avec une plume magnifique qui nous y emmène tout en douceur et en émotion. Ses personnages sont forts, complexes, furieusement vivants. Et la poésie de son écriture et de ses images nous fait voir le monde différemment.
"Quelque chose s'écoule qui ressemble à du temps."

Acte #16 – Y a-t-il des histoires romantiques dans tes textes ? 
Oh oui, tout le temps ! C'est un de mes sujets favoris, parce que "je suis une incorrigible romantique" (dixit Teo Silis ;) ) et que j'y vois un espoir qu'on peut propager, et une force émotive capable de toucher tout le monde. Les histoires d'amour sont si complexes que leur exploration est infinie.

Comment les gères-tu, et jusqu'où pousses-tu la relation entre les amoureux ? 
Eh bien, c'est très différent selon les récits. Je vais prendre l'exemple des deux derniers :
Dans la Couleur, j'ai choisi d'explorer l'amour fou, inconditionnel et immédiat, qui doit surmonter des obstacles pour survivre mais peut aussi sauver. Sauver les deux membres du couple, sauver les autres, sauver le monde. Par l'espoir dont il est porteur et par sa capacité unique à toucher tout le monde. La relation va loin, autant qu'elle le peut, et elle est furieusement malmenée au cours du roman, jusqu'à la presque mort des héros. Une vraie tragédie à la Roméo et Juliette ;)
Dans DLCDM, qui est une projet jeunesse, j'ai voulu faire beaucoup plus simple. D'abord, la relation amoureuse n'est pas au coeur du récit, même si elle en découle naturellement. Sibel et Aslan commencent par s'opposer, mais ont besoin l'un de l'autre pour se sortir du pétrin dans lequel ils sont fourrés. Leur rencontre, c'est la rencontre des hommes et des femmes qui ne s'étaient jamais vus, mais aussi de l'art et la science. C'est deux mondes différents qui, quand ils s'unissent, s'aperçoivent qu'ils sont beaucoup plus forts au lieu de se diviser comme ils le pensaient. Mais qui sont aussi confrontés à leurs façon de penser fondamentalement divergentes.
Du côté de la relation elle-même, elle ne va pas très loin : des mains qui se touchent, des regards, un baiser. Mais pour eux, c'est déjà beaucoup dans un monde où le toucher est tabou.

2 commentaires:

  1. C'est vraiment chouette de découvrir la façon dont tu construis tes différents projets ! Vivement la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que ça t'intéresse, Roanne ! :)
      Je vais essayer d'écrire la suite cette semaine.

      Supprimer