lundi 8 octobre 2012

Quel pokémon es-tu ? (4)





Acte #17 – Parmi tes protagonistes (héros), quel est ton préféré et pourquoi ? 
 Sibel, pour les mêmes raisons que c'est mon personnage préféré tout court (cf. je ne sais plus quelle question précédente ^^)

Acte #18 – Parmi tes antagonistes (méchants), quel est ton préféré et pourquoi ? 
Tyr ! Le seigneur de la ville du Désir dans la Couleur de l'aube.
D'abord, j'en ai pas des masses, donc le choix est facile ^^
Ensuite, c'est le plus subtil. Parce qu'il est méchant, mais il a un fond complexe, et au fond il défend son royaume comme il peut, sans oublier qu'il est manipulé par sa ville. Il est cruel et manipulateur, il prend un malin plaisir à voir Alya souffrir mais, quelque part, il est attaché à elle. Il est surtout très intelligent !
Bref, il a la classe.

Acte #19 – Parmi tes personnages secondaires qui se sont hissés sous les feux de la rampe, quel est ton préféré ? Pourquoi ? 
Pas facile cette question. Je crois que c'est Malik, le peintre de la Couleur de l'aube (le vieux sage un peu taquin et un peu visionnaire), ou bien Tanem, le chat de DLCDM, celui qui montre la voie mais qui est surtout très câlin ;)
La raison pour laquelle se sont mes préférés est assez obscure. En fait, j'avoue que je n'en sais rien, parce que d'autres apparaissent plus souvent, ce sont des personnages plus forts ou plus importants, plus travaillés aussi. Mais eux, je ne sais pas, ils ont cette petite touche de poésie et de vie qui fait que je me suis prise d'affection pour eux.

Acte #20 – Quel type d'interaction entre personnages préfères-tu écrire ? 
Euh... Ca étonne quelqu'un si je dis les histoires d'amour (ou d'amitié) ?
J'aime les dialogues taquins et complices, mais aussi les moments où le silence est plus fort que les mots, les moment où des petits détails prennent soudain une importance cruciale pour deux personnes, et juste pour ces deux-là. Quelque chose qu'ils sont les seuls à partager.

Acte #21 – Certains de tes personnages ont-ils des enfants ? Comment t'en sors-tu avec eux ? 
Hmmm... Mes personnages principaux n'en ont pas, mais leurs parents apparaissent parfois. En fait, mes personnages principaux sont jeunes, ceci explique cela. En revanche, j'ai déjà mis en scène des enfants (notamment au début de la Couleur, et dans DLCDM où ce sont de jeunes ados).
Je pense que je m'en sors pas trop mal, j'aime jouer de leur naïveté et de tout ce qu'ils encore à découvrir, à apprendre. De ces idées qu'ils se forgent tout seul et peuvent garder des années en tête alors qu'elles sont bien loin de la vérité - et souvent bien plus imaginatives.
Cela dit, c'est toujours difficile de déterminer ce qu'un enfant peut ou ne peut pas faire / comprendre selon son âge et sa personnalité.

samedi 6 octobre 2012

Quel Pokémon es-tu ? (3)





Acte #12 – Pour quelle histoire estimes-tu que tu as créé le meilleur univers ? 
La Couleur de l'aube, sans hésiter. Pour DLCDM, l'univers est assez simple et proche du nôtre, tandis que pour la Couleur, j'ai créé un univers "vivant", avec des villes comme méchantes et les éléments comme alliés. 

Acte #13 – Quelle est la culture, réelle ou fictive, au sujet de laquelle tu préfères écrire ? 
J'aime les contes en général, et je mélange les différentes cultures qui en ont écrit : contes africains, contes de fée ou contes orientaux. Sinon, je ne sais pas, c'est selon l'humeur.

Acte #14 – Comment établis-tu le plan de tes lieux lorsqu'il faut le faire ? Montre-nous des exemples ! 
Ca m'est arrivé à deux reprises : pour la Couleur, j'ai dû établir un plan selon le mouvement des villes - et pour DLCDM, les plans de l'intérieur du "monde", c'est-à-dire les locaux dans lesquels mes personnages sont confinés. 
Ce sont des plans simplistes qui me permettent juste de me mettre les idées en place pour ne pas me tromper lors des corrections. J'ai juste un exemple pour la Couleur, fait à l'arrache. J'ai presque honte de le montrer, mais soyons fous ^^


Voici comment j'ai procédé : j'ai mis sur le papier la façon dont j'imaginais mon monde (avec les villes en étoile, principalement), j'ai fait la même chose avec le premier déplacement effectif. Après, j'ai essayé de faire coller selon ce que j'avais déjà écrit pour les déplacements des villes et les besoins de déplacer toutes les villes à chaque fois. J'ai ajouté les déplacements de mes personnages pour être sûre que leurs humeurs correspondaient aux villes qui les influencent (celle dans laquelle ils sont + les deux voisines). 
Bref, rien de bien passionnant ^^ 

Acte #15 - Petite question à mi-parcours : parle-nous d'un auteur que tu admires, qu'il soit professionnel ou amateur. 
Francis Berthelot ! Il parle de thèmes forts et pas toujours faciles à aborder, avec une plume magnifique qui nous y emmène tout en douceur et en émotion. Ses personnages sont forts, complexes, furieusement vivants. Et la poésie de son écriture et de ses images nous fait voir le monde différemment.
"Quelque chose s'écoule qui ressemble à du temps."

Acte #16 – Y a-t-il des histoires romantiques dans tes textes ? 
Oh oui, tout le temps ! C'est un de mes sujets favoris, parce que "je suis une incorrigible romantique" (dixit Teo Silis ;) ) et que j'y vois un espoir qu'on peut propager, et une force émotive capable de toucher tout le monde. Les histoires d'amour sont si complexes que leur exploration est infinie.

Comment les gères-tu, et jusqu'où pousses-tu la relation entre les amoureux ? 
Eh bien, c'est très différent selon les récits. Je vais prendre l'exemple des deux derniers :
Dans la Couleur, j'ai choisi d'explorer l'amour fou, inconditionnel et immédiat, qui doit surmonter des obstacles pour survivre mais peut aussi sauver. Sauver les deux membres du couple, sauver les autres, sauver le monde. Par l'espoir dont il est porteur et par sa capacité unique à toucher tout le monde. La relation va loin, autant qu'elle le peut, et elle est furieusement malmenée au cours du roman, jusqu'à la presque mort des héros. Une vraie tragédie à la Roméo et Juliette ;)
Dans DLCDM, qui est une projet jeunesse, j'ai voulu faire beaucoup plus simple. D'abord, la relation amoureuse n'est pas au coeur du récit, même si elle en découle naturellement. Sibel et Aslan commencent par s'opposer, mais ont besoin l'un de l'autre pour se sortir du pétrin dans lequel ils sont fourrés. Leur rencontre, c'est la rencontre des hommes et des femmes qui ne s'étaient jamais vus, mais aussi de l'art et la science. C'est deux mondes différents qui, quand ils s'unissent, s'aperçoivent qu'ils sont beaucoup plus forts au lieu de se diviser comme ils le pensaient. Mais qui sont aussi confrontés à leurs façon de penser fondamentalement divergentes.
Du côté de la relation elle-même, elle ne va pas très loin : des mains qui se touchent, des regards, un baiser. Mais pour eux, c'est déjà beaucoup dans un monde où le toucher est tabou.

jeudi 4 octobre 2012

Coup de plumeau sur le blog

Le blog avait bien besoin d'un bon ménage, c'est désormais chose faite. Au programme :
- Une nouvelle mise en page plus adaptée à mes différents projets
- L'ajout de la page de "De l'autre côté du mur" avec présentation du projet et extraits
- La mise à jour de celle de "La Couleur de l'aube" avec la mise en ligne des débuts et la suppression d'extraits obsolètes
- L'ajout de la possibilité d'un abonnement par mail à mon blog
- La suppression de surlignements intempestifs dans certains anciens articles.

Des les prochaines semaines, je continuerai à vous parler de ma relation avec l'écriture à travers la découverte des Pokémons, et je vous donnerai des nouvelles de mes premiers retours sur DLCDM :)

mardi 2 octobre 2012

Quel pokémon es-tu ? (2)


Et voilà la suite du questionnaire.

Acte #06 – Où te sens-tu le mieux pour écrire ? À quel créneau horaire ? Ordinateur ou bon vieux stylo et papier ?
Chez moi, dans mon fauteuil Ikéa (si si, c'est important), avec une couette et un bon thé ou encore un vers de coca frais et en grillant au soleil pour l'été. J'aime mon confort ^^
Je suis assez efficace en fin de matinée, ou en soirée jusqu'au milieu de la nuit. Mais je peux écrire à peu près à n'importe quelle heure, quand j'ai un petit trou dans mon emploi du temps. Les salons de thé avec les copines marchent bien aussi !
Pour l'outil, ordinateur, sans hésiter.

Acte #07 – Écoutes-tu de la musique pendant que tu écris ? Quel genre ?
Ca arrive, oui, mais ce n'est pas systématique. Pour DLCM, j'ai écouté une playlist en boucle, avec le sentiment magique que le rythme et l'ambiance des chansons s'adaptaient aux scènes que j'écrivais. Pour la Couleur, j'ai écouté certaines musiques à des moments clés, mais rien la plupart du temps.
Quant au genre, ça dépend beaucoup de ce que j'écris. Par exemple, j'aime bien écouter du tango pour des scènes de jalousie, ou des BO de film. Beaucoup de BO de film.

Acte #08 – Quel est ton genre préféré en écriture ? Et en lecture ?
La fantasy ! Pas la classique avec les dragons et tout ça, plutôt une fantasy originale, proche du conte et du monde réel par certains aspects. En fait, j'aime quand le roman que je lis se sert de l'imaginaire pour m'emmener complètement ailleurs (mentalement, me faire oublier où je suis par exemple), me distraire, mais aussi pour me faire réfléchir en douceur à des choses qui me choquent trop dans le monde réel ou ne m'intéressent pas parce qu'elles me semblent trop compliquées. Se servir de l'imaginaire pour mieux revenir au réel.
Du coup, pour l'écriture, c'est pareil. Et parce qu'on me reprocherait de ne pas le signaler si je ne le précisais pas : j'adoooore les romans avec des histoires d'amour dedans, quel que soit le genre ^^

Acte #09 – Comment trouves-tu l'inspiration pour tes personnages ? Explique comment tu procèdes pour les créer. 
Alors là... Je n'en ai aucune idée. Tout est très intuitif. J'écris, et ils apparaissent dans une scène, se modèlent dans leurs interactions avec les autres et mon monde. Je ne sais jamais à l'avance comment ils vont être. Sauf pour mes personnages principaux, à la limite, dont je connais vaguement les traits de caractère au départ, et leur évolution (dans les très grandes lignes). Dans ce cas, je me dis : j'ai envie d'un personnage au caractère fort. j'ai envie qu'il se prenne une claque et devienne plus réfléchi sans perdre sa spontanéité (pourquoi, je ne sais pas, ça peut venir dans la rue, devant un film, dans le métro... juste parce que j'ai vu quelque chose qui m'a fait penser que). Et je le fais.
Pour le physique, je suis fichue de me tromper et de changer d'avis plusieurs fois dans le roman (hein Aslan aux cheveux-de-toutes-les-couleurs ?), donc autant dire que ce n'est pas très réfléchi. Si, quand même, j'aime qu'ils aient la classe ^^
Je crée souvent leur prénom selon leur fonction dans le récit, en revanche. J'aime quand le prénom a un sens, même caché, pour le personnage. Et qu'il sonne bien :)

Acte # 10 – Quelles sont les situations les plus étranges ou farfelues dans lesquelles tes personnages se sont retrouvés ?
Pour Mémoires d'une étoile, les deux héros qui se retrouvent coincés dans la tête d'une Déesse juste parce qu'ils se sont embrassés.
Un mariage qui dégénère en censuré pour La Couleur de l'aube.
Et pour DLCDM, je dirais le moment où ils se rencontrent, tout simplement. Imaginez votre tête si vous ne connaissez pas l'existence de l'autre sexe et que vous vous retrouviez subitement devant un de ses représentants !

Acte 11# – Quel est le personnage que tu préfères mettre en scène ? Quel est le personnage que tu aimes le moins ?
Mon préféré, je crois bien que c'est Sibel, pour son amitié avec Aylin et ses disputes avec Aslan. Elle a un caractère fort et ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle est rigide et raisonnable, mais a gardé son côté enfantin qui lui laisse une spontanéité étonnante. Elle se donne à corps perdu pour ceux qu'elle aime, mais sans perdre la tête. Elle me fait beaucoup rire !
Celui que j'aime le moins, c'est plus difficile. En fait, quelque part, je les aime tous pour des raisons différentes. Peut-être Ealeth est-il trop mou, trop apitoyé, mais j'aime quand même son dévouement absolu et sa part sombre. 

Suite au prochain épisode ! ;)