lundi 20 juin 2011

Une petite voix m'a dit...

J'ai l'écriture qui me titille, mais pas de temps pour écouter ses caprices. Vous savez, cette petite voix qui vous chuchote de vous plonger dans une histoire, et tant pis pour le reste ? Elle arrive discrètement, chatouille l'imagination, simple passe-temps dans les transports ou compagne d'une promenade solitaire. Sans y faire attention, vous commencez à l'écouter, à échanger avec elle, vous entamez un dialogue... Et vous découvrez que vous vous y êtes attaché.
Trop tard. Une fois encore, vous vous êtes laissé berner... Il faut céder. Vous essayez de lutter, vous savez que ce n'est pas raisonnable, que vous devez finir ce mémoire avant de vous amuser, soumettre le roman terminé avant de vous disperser, attendre d'avoir le temps... Vous négociez, une nouvelle courte, puis plus longue, pour la faire patienter. Vous gagnez une semaine, un mois peut-être.
Mais la voix revient toujours. Plus ferme, plus insistante. Elle dessine un personnage dans votre esprit, puis un deuxième. Dans un moment de faiblesse, vous vous prenez à leur inventer un décor, un contexte qui va les forcer à se rencontrer. Vous leur donnez des valeurs, des caractères, des traditions.

Oui mais voilà, le seul moyen de les faire vivre, à présent, c'est de leur donner un palais de papier. Oh, du papier, vous en avez, mais il faut du temps pour l'assembler correctement. Et ça, décidément, vous en manquez cruellement. Et la petite voix se fait toujours plus insistante, elle refuse que vous commenciez un projet plus court, elle décide que les négociations ont assez duré...
Vous avez beau lui dire que vous n'êtes pas prêt, que ce n'est pas le moment, elle vous menace de partir pour de bon si vous refusez de l'écoutez. 

Alors il faut choisir : l'écriture ou le vide.

3 commentaires:

  1. La semaine dernière, en regardant une photo, une idée a explosé dans ma tête. Moi qui voulais faire une pause... mais je me retiens (difficilement).
    Bon courage ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Les trajets en voiture, c'est juste mortel, pour ça. *Compatis* Et que dire des personnages pour lesquels tu as déjà écrit une histoire mais qui refusent de te lâcher et exigent une suite (si possible avec des jolies filles et du chocolat, merci) ? Ou de ceux qui s'amusent gaiement à modifier le scénario de l'histoire en cours, pas grave que tu l'aies déjà réécrit dix fois ? Tss, c'est pas tenable ces petites voix. *Retourne écrire*
    (Je t'avais dit que je bossais sur un nouveau projet jeunes lecteurs au lieu de corriger sagement mon NaNo 2010 ? Les voix... Jeanne, au secours).
    (A propos, si jamais tu retrouves le retourneur de temps, fais-moi signe).

    RépondreSupprimer
  3. Courage Jo Ann !

    ^^ Je vois que je suis loin d'être la seule dans ce cas...
    Kira... J'aimerais presque te taper sur les doigts mais je lis tes romans avec tellement de plaisir que je ne le ferai pas :D
    Dès que je trouve un retourneur de temps, je m'occupe des Douze Pissenlits -_-
    Finalement, c'est Beorn qui a trouvé le moyen d'exprimer ces voix dans son roman ^^

    Merci les copines de passer par là !

    RépondreSupprimer