mercredi 27 avril 2011

La couleur de l'aube - Extrait

Chose promise, chose due !
Un nouvel extrait aujourd'hui, alors que mes corrections avancent très indirectement : je réécris le syno pour me recadrer et je prends du recul pour savoir où sabrer (600k sec, c'est décidément trop long pour ce que je veux faire, j'aimerais en couper 100k. ça va pas être de la tarte !).

Nouvel extrait donc, issu du chapitre 10 : c'est là où tout se noue, mais il ne devrait pas y avoir trop de spoilers : j'ai pris un passage au milieu des révélations ^^ 

Chapitre 10 : Au cœur de l'Etoile

Le temps semble s’être arrêté dans cette clairière féérique. Tu joues autour de moi, tu m’enlaces, tu danses pieds nus dans l’herbe verte pour célébrer l’amour que nous offre Kalya. Tu me souris, m’invitant à te rejoindre dans les éclaboussures de l’eau fraîche du bassin. Tu t’embellis de jour en jour, vivifiée par les couleurs qui nous entourent. L’amour que j’éprouve pour toi n’a plus de limite ; j’ai l’impression de me situer au point d’aboutissement de mes années de dévotions secrète.
Pourtant, nous ne pouvons pas rester ici éternellement. Kalya s’éteint, et le cadeau qu’elle nous a fait m’apparaît à présent comme un dernier appel, un cri perdu dans l’immensité de l’obscurité qui s’abat sur elle alors que les Cinq gagnent du terrain. Si nous ne faisons rien, même notre îlot de bonheur finira par s’assombrir. Déjà, le chant des oiseaux est un peu moins mélodieux, les étoiles volètent autour du bassin avec un peu moins de grâce. Seule, tu sembles inchangée, inaltérable dans ton bonheur.
« Tu as l’air soucieux, mon amour.
-    Je réfléchissais.
-    Et quelles sombres pensées te retiennent donc loin de moi, petit cachotier ? »
Je soupire. Il fallait bien que ce moment arrive. Nous ne pouvions nous contenter de vivre éternellement à deviser, faire l’amour et nous nourrir des baies abondantes trouvées autour de la clairière, chassant un lapin de temps à autre pour faire plaisir à l’être aimé. La magie du lieu devait bien se briser un jour ou l’autre…
« Je pensais à Kalya.
-    Oh, Kalya, ma petite Kalya, ma douce Kalya qui nous a montré ce lieu plein de magie et de féérie ! Merci petite terre de nous avoir permis de vivre notre amour ! Merci, merci, merci ! Et maintenant, si tu venais plutôt m’enlever ces vêtements pour remercier notre bienfaitrice dans une explosion du sentiment le plus pur ? »
Je retiens entre mes doigts la main inquisitrice que tu poses sur ma cuisse. Mon regard se durcit.
« Je ne plaisante pas, Alya. Kalya a besoin de nous. Souviens-toi de ce qu’a dit l’étoile : elle a mis des années à essayer de communiquer avec nous, deux humains à peine visibles depuis le ciel, parce qu’elle s’inquiète pour notre terre. Elle a placé ses espoirs en nous, elle nous a montré que nous étions les seuls, ou du moins les mieux placés pour tenter de redonner vie à un royaume à l’agonie.
Comment peux-tu être si insouciante quand celle-là même qui nous a permis de nous aimer est en train de dépérir ? Souhaites-tu vivre dans un monde terne, dépourvu de tout bon sentiment et en proie aux impulsions les plus basses des hommes ?
C’est ce que tu voulais faire en quittant Yildiz, non ? As-tu perdu toute volonté d’aider ton peuple ? »
Tu baisses la tête, blessée par mon ton provocateur. Je regrette aussitôt mes paroles ; je ne voulais pas te blesser. Mais un soupçon d’orgueil m’empêche de te prendre dans mes bras pour m’excuser. Je sais que j’ai raison. Tu dois ouvrir les yeux, ou notre bonheur ne durera pas. Ta main encore libre rejoint celle que j’ai emprisonnée de mes doigts et caresse légèrement le dos de ma paume, penaude. Caresse douce et têtue ; elle me dit que tu comprends mes paroles. Que tu aurais aimé rêver un peu plus longtemps avec moi. Caresse ferme, définitive ; tu es déterminée. Un tremblement, infime.
« Mais que faire ? »



2 commentaires:

  1. Aouch, il est dur avec elle, Ealeth!
    Ton extrait est très rafraichissant en tout cas, je me suis imaginée un endroit très tranquille.

    RépondreSupprimer
  2. Ca tombe bien, ils sont dans le seul endroit tranquille du royaume ^^
    Oui, Ealeth est parfois un peu dur, mais c'est parce qu'il s'inquiète...

    Merci de tes retours Niniane, ça me fait très plaisir ! *petit coeur*

    RépondreSupprimer