vendredi 11 mars 2011

La couleur de l'aube - Extrait

Bonjour bonjour ! 
J'avance dans mes corrections aujourd'hui, et j'en profite pour vous mettre un nouvel extrait : ça faisait longtemps ! Il vient du chapitre 5, et ne contient pas de spoiler ;)
Je l'ajoute également dans la page des extraits. En espérant qu'il vous plaira !

Nous marchons lentement dans l’herbe gelée, blanchie par le givre qui s’est déposé sur la ville comme un tapis translucide. Si, partout ailleurs, cela donne un aspect lugubre et mortel à Yildiz, il y a dans ton jardin comme une atmosphère magique, comme si le temps s’y arrêtait et empêchait les ravages du temps d’y entrer. Le spectacle devient féérique quand un rayon de soleil fait scintiller le paysage de mille feux ; chaque flocon de givre renvoie mille facettes de lumière dorée, et montre le lieu sous un jour que je ne lui connaissais pas. Quelle force de la nature a-t-elle bien pu donner jour à un paysage aussi pur ?
Je tourne la tête dans te direction. Je suis frappé : tu t’intègres dans cet environnement à la perfection, comme si tu en avais toujours fait partie. Comme si, au lieu de pénétrer dans un jardin naturel pour contempler la nature, la nature elle-même s’était modelée à ton image pour te permettre de la contempler sous son plus beau jour. Le vert de tes yeux renvoie le même éclat que celui de l’herbe givrée sous le soleil hivernal ; l’or de tes cheveux est l’une des nombreuses facettes du soleil qui se reflète dans chaque surface translucide. Ta peau pâle a la même teinte que le voile blanc qui recouvre la ville

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire